Matériel et consommable médical

Opportunités Covid-19 : Mercure Industrie étoffe le rang des industriels qui se lancent à l’assaut des dispositifs médicaux

On l’a déjà écrit sur nos colonnes, la crise sanitaire du Covid-19 ne fait pas que des malheureux, voire des sinistrés (Voir Dossier «Coronavirus : Ces activités qui profitent de la crise » du 26 mai 2020). Certaines activités ont non seulement tiré leur épingle du jeu, mais voient leurs perspectives considérablement embellies grâce aux changements de comportements et de consommation induits par la crise actuelle inédite.


Deux secteurs en font éminemment partie : les détergents et les dispositifs médicaux. Les premiers, en raison de l’explosion de la demande pour les produits d’hygiène et les deuxièmes grâce à la hausse significative des dépenses de santé, notamment les dispositifs et les soins en rapport avec la prévention contre la pandémie du Covid-19.

Lire aussi | Coronavirus : ce que vous devez savoir sur les effets secondaires du vaccin de Sinopharm

Aussi, plusieurs acteurs de l’industrie des produits d’hygiène ont profité de l’aubaine du nouveau coronavirus pour se lancer dans la fabrication des gels hydro-alcooliques et antiseptiques (dont les marges brutes dépassent allègrement les 50%), voire d’autres dans l’importation d’équipements de protection (blouses, masques, charlottes…). D’aucuns comme Mercure Industrie, ont même franchi le pas pour devenir des fabricants de dispositifs médicaux. En effet, cette entité phare du groupe Mercure qui vient d’opérer une telle diversification, compte bien profiter du boom que connait également cet autre marché estimé à trois milliards de dirhams et qui reste dominé par le trio T2S, Promamec et Best Health (maison mère de Scrim et de Mabiotech).

Lire aussi | Coronavirus : un vaccin ne suffirait pas à lui seul à vaincre la pandémie [OMS]

Il faut dire que Mercure Industrie vient d’inaugurer à Casablanca, il y a à peine un an, une nouvelle unité industrielle dotée d’un équipement performant et qui a multiplié par douze sa capacité de production. L’investissement initial  qui a atteint 65 millions de dirhams, va permettre au groupe (actionnaire de référence de cet industriel né il y a près de 30 ans) d’opérer la nouvelle diversification en optimisant l’enveloppe additionnelle et les coûts logistiques, sachant que la plateforme de stockage et de manutention de la nouvelle unité s’étend sur plus de 8.000m². 

 
Article précédent

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mardi 17 novembre

Article suivant

Amine Sabah: "certains chefs d’entreprises voient en cette crise une opportunité d’investissement à saisir sur le plan financier"