Immobilier

Où en est Alliances avec la restructuration de sa dette privée ?

Le Groupe Alliances Développement Immobilier (ADI), qui renoue avec la rentabilité au premier semestre 2016, a annoncé mardi une avancée importante dans la restructuration de sa dette privée, menée avec l’accompagnement de conseillers professionnels. Suite aux décisions prises par les Assemblées Générales des Obligataires d’ADI et d’Alliances Darna, le 4 courant, le Groupe Alliances a signé un protocole d’accord avec le représentant des masses des obligataires des deux entités. Ce protocole comporte principalement le lancement d’une nouvelle phase de réduction de sa dette privée, le reprofilage du reliquat de cette dette privée et la définition des principales caractéristiques de ce reprofilage. A noter que cette phase consiste au lancement de deux opérations de cessions d’actifs dans le but de réduire davantage la dette privée du Groupe.


Ces opérations initiées respectivement par ADI et par sa filiale Alliances Darna permettront aux détenteurs de la dette privée qui l’acceptent, le rachat de leurs titres de créances et le paiement des intérêts correspondants en contrepartie de la cession de certains actifs non alloués dans le cadre de la première opération de transfert d’actifs lancée par le Groupe Alliances. L’immobilière, cotée à la Bourse de Casablanca relève aussi qu’à l’issue de cette nouvelle phase, le reliquat de la dette privée fera l’objet d’un reprofilage consistant en deux nouvelles émissions obligataires, à réaliser respectivement par Alliances Développement Immobilier et par sa filiale Alliances Darna.

Ces opérations, réservées aux détenteurs de la dette privée du Groupe, consisteraient pour ceux qui l’acceptent, au rachat de leurs titres de créances et au paiement des intérêts correspondants en contrepartie de la souscription à des obligations nouvelles.

Le protocole d’accord prévoit également le paiement en numéraire de près de 62 millions DH des coupons échus au 5 mars 2016. L’emprunt obligataire d’ADI, échu le 7 octobre 2016, est couvert par le protocole d’accord signé avec le représentant de la masse des obligataires et fera l’objet au même titre que les autres émissions du Groupe d’un reprofilage aux conditions entérinées dans le protocole d’accord. Ledit protocole d’accord est un accord de principe dont la réalisation effective est tributaire des accords définitifs qui seront conclus avec les détenteurs de titres de créances concernés.

 
Article précédent

COP22 : Renault-Nissan mobilise une flotte de 50 véhicules électriques

Article suivant

Managem pose pieds en Guinée