Economie

PAI-2 : Elalamy vise un taux d’intégration automobile de 80% et 51 MMDH de substitution à 2023

Le ministre Moulay Hafid Elalamy n’est pas arrivé au Conseil National de l’Entreprise les mains vides. Il était armé de confiance malgré la crise, d’un plan d’accélération version 2 très ambitieux qui vise 51 MMDH de substitution à l’import, et d’une centaine de fiches de projets clé en main pour les investisseurs.


« Les chiffres de l’économie sont plus positifs qu’on ne le pensait, mais restent fragiles. Nos clients sont fragiles et la compétition mondiale est rude pour nous prendre des parts. Il ne faut pas qu’on baisse les bras, et il ne faut pas oublier qu’on est toujours en pleine pandémie ». C’est en substance les messages phares que le Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Économie verte et numérique, Moulay Hafid ELALAMY, a tenu à distiller auprès des grands et petits patrons ainsi qu’à l’opinion nationale lors de ce Conseil National de l’Entreprise organisé par la CGEM. Plutôt confiant, malgré la situation économique difficile, notamment dans l’industrie, le Ministre a tenu à saluer la réactivité du Maroc et la confiance affichée par les entrepreneurs marocains lors de cette crise qui se sont investis de manière exceptionnelle pour apporter leur aide durant la période. « Il y a une fenêtre de tir actuellement ; c’est maintenant qu’il faut gagner ces marchés (dans la reconfiguration mondiale de la chaîne de valeur) », avance-t-il.

Lire aussi | Blanchiment de capitaux : 390 affaires enregistrées en 2019 et 2020

Dans ce cadre, Moulay Hafid Elalamy n’a pas manqué de faire remarquer que le Maroc fait de la bonne qualité, de la technologie mais surtout 3 fois moins cher que la Chine. C’est notamment le cas des écouvillons utilisés lors des tests PCR. Pour accompagner ce dynamisme, un nouveau plan d’accélération industrielle a été mis en place avec des objectifs clairs dans les trois prochaines années. En tête de priorité, les substitutions aux importations pour stimuler la production industrielle nationale.

Un nouveau PAI ambitieux

Dans le détail, Moulay Hafid Elalamy a passé en revue les grandes lignes de ce plan. Ce dernier est axé sur 5 principes :

Accompagner les filières industrielles et renforcer leur intégration en démultipliant la création d’emplois et de valeur ;

Développer l’entrepreneuriat industriel et favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’industriels ;

Se positionner comme un partenaire international stratégique, dans le contexte de resserrement des chaînes de valeur ;

Décarboner la production industrielle pour améliorer la compétitivité du secteur industriel marocain et renforcer son attractivité ;

Inscrire le secteur industriel marocain dans une démarche d’innovation.

Et en matière d’ambition, le plan vise un taux d’intégration automobile de 80%, contre 60% actuellement, à horizon 2023. « Le secteur automobile a réalisé 80 milliards de dirhams d’exportation en 2019 à 60% de taux d’intégration ; ce qui donne 56 milliards de dirhams de valeur ajoutée. C’est le premier secteur exportateur du pays. Si on monte à 80% de taux d’intégration, et que la compétitivité s’améliore telle que nous l’avons prévue et programmée, dans 3 ans nous sommes capables de multiplier la valeur ajoutée au moins par 2. On devait être à 100 milliards de dirhams d’exportations cette année. Si la pandémie se dissipe un peu, nous retrouverons nos 100 milliards. Nous visons donc 200 milliards d’exportations. À 80% de taux d’intégration, ce sera 160 milliards de dirhams de valeur ajoutée ; cela va changer beaucoup de choses », détaille Elalamy. Si le Ministre met l’accent sur l’automobile, c’est parce que le secteur est un étendard qui permet au Maroc de vendre d’autres atouts et produits.

Lire aussi | Automobile : CDG Invest et le groupe Abdelmoumen signent un contrat d’investissement

Pour renforcer ce positionnement stratégique de l’industrie marocaine, trois axes stratégiques ont été identifiés : confirmer la place industrielle du Royaume et conquérir de nouveaux marchés, améliorer la compétitivité du Royaume, positionner le Royaume comme base industrielle décarbonnée et circulaire.

Oui à l’accompagnement, non à l’assistanat

Afin d’activer ces axes stratégiques et atteindre les objectifs du PAI nouvelle version, la commande publique devra jouer un rôle crucial. « La commande publique doit être utilisée pour amorcée quelque chose », a lancé Moulay Hafid Elalamy, notant que « c’est dans les moments compliqués comme ceux-ci qu’il faut que l’État investisse davantage ». Il s’agira donc de mettre la commande publique au service de l’industrie nationale notamment à travers la mise en œuvre effective de la préférence nationale. « Il faut que l’amorçage soit soutenu par le secteur public pour un délai de 3 ans afin de développer un tissu économique capable de faire face à la concurrence », avance-t-il. Mais prévient Elalamy, il est contre l’assistanat. « La préférence nationale doit servir à accompagner les entreprises pour une montée en compétence. Il ne s’agira pas d’assistanat », précise Elalamy. Un tel accompagnement devrait permettre au Maroc d’augmenter ses capacités d’auto-suffisance pour se passer de certaines importations.

51 milliards de substitution

Avec la crise, des changements profonds ont eu lieu, avec une volonté plus accrue de surseoir aux délocalisations/relocalisations afin de ramener sur leur sol les industries qui avaient été mises ailleurs. La pandémie ayant démontré la dépendance de certains pays. Pour ce faire, certains pays n’hésitent pas à actionner le levier du protectionnisme. « La pandémie a donné un visa à tous ceux qui voulaient mettre des barrières de s’y employer ; des pays sortent aujourd’hui des plans de protection un peu partout », a-t-il déclaré.

Lire aussi | Redevances: le secteur de l’affichage urbain étouffe

Le mouvement qui a commencé depuis quelques années s’est accentué avec la crise sanitaire et économique. Dans ce contexte, et en analysant de manière détaillée les importations dans 16 filières industrielles (183,2 MMDH), tout en recensant les capacités dormantes du tissu industriel national, le PAI a dégagé un potentiel de production nationale pouvant se substituer aux importations de l’ordre de 51 milliards de dirhams à 2023. Ce montant se répartit en un montant cible de substitution, avec des projets étudiés, de 34 MMDH. Le reste, 17 MMDH consiste en un potentiel additionnel d’export. Ce potentiel devrait générer ne création d’emploi comprise entre 50.000 et 100.000 emplois.

CGEM : un Conseil d’Administration pour relancer l’économie

Le patronat marocain a tenu ce jeudi son Conseil d’Administration, un exercice lors d’une année particulière marquée par les dégâts de la pandémie mondiale du coronavirus. Sous la présidence de Chakib Alj dont l’équipe a activement participé aux nombreux plans et mesures de sauvetage de l’économie nationale, le Conseil a examiné plusieurs sujets. Au rang de ceux-ci, la proposition au vote des 39 membres devant rejoindre le Conseil National de l’Entreprise ainsi que l’alignement du découpage régional de l’organisation patronale sur le découpage administratif des régions. Ces deux votes auront lieu plus tard, dans l’après-midi, lors de la rencontre dédiée au Conseil National de l’Entreprise avec une élection à 99% des votes des membres du CNE et à 98% pour l’alignement sur le découpage administratif. L’organisation, dont la contribution durant cette période a été saluée, notamment sous la houlette de son président, avait réunit plutôt dans la matinée ses administrateurs pour approuver les propositions de l’organisation concernant la loi de finances en préparation pour l’exercice prochain. Ces propositions ont été déclinées à l’assemblée par MM. Hakim MARRAKCHI et Abdelmejid FAIZ, respectivement Président et Vice-Président de la Commission Fiscalité et Douane. Ces recommandations ont pour principal objectif de préserver l’emploi et le tissu productif. Outre les propositions fiscales, le Conseil d’Administration a admis dans les rangs de l’organisation patronale de nouvelles fédérations et nommé de nouvelles personnalités à la tête de commissions. Ainsi, 3 nouvelles fédérations ont intégré la CGEM : la Santé, l’Outsourcing et le Commerce en réseau. Ces nouvelles fédérations portent à 36 le nombre total de fédérations affiliées à la Confédération. Pour ce qui concerne les nominations, MM. Abdou Souleye DIOP et Ali ZEROUALI ont été nommés respectivement Président et de Vice-Président de la Commission Afrique. Le Conseil a également procédé à la nomination Présidents des Conseils d’Affaires des États-unis, de la Jordanie, de la Tunisie, du Qatar, de l’Allemagne, de la Chine, d’Arabie Saoudite et de celui des Pays signataires de l’Accord d’Agadir. Enfin, le Conseil d’Administration a coopté M. Hassan BELKHAYAT, Président de South Bridge, en qualité de membre désigné.

 
Article précédent

Conseil de gouvernement : la réorganisation de Casablanca Finance City actée

Article suivant

Le Maroc au seuil du top 20 mondial des exportateurs de fruits et légumes