Commerce extérieur

Parmi les pays du CCG, c’est l’Arabie Saoudite qui reste le 1er client du Maroc

Les exportations du Maroc vers les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) restent faibles, fluctuantes et peu diversifiées. C’est ce qui ressort en gros du rapport économique et financier 2016, accompagnant le projet de Loi de Finances 2016.


Selon le document du PLF 2016, les échanges commerciaux entre le Maroc et les pays du CCG ont augmenté de 11% en moyenne annuelle pour atteindre 28,6 milliards de DH en 2014, représentant 4,9% des échanges totaux du Maroc contre 3,6% en 2000.

Les importations en provenance de ces pays ont marqué une croissance annuelle moyenne de 11% pour se situer à 26,8 milliards de DH, soit 6,9% des importations totales du Royaume contre 5,3% en 2000, souligne le rapport qui précise que les exportations vers ces pays, situées à 1,8 milliard de MDH en 2014, restent globalement faibles, fluctuantes et peu diversifiées.

Dans cette région, c’est l’Arabie Saoudite qui est le premier client du Maroc avec environ 920 millions de DH d’exportations, soit 52,4% du total régional. Les Emirats Arabes Unis occupent la deuxième place avec 589 millions de DH et une part de 33,5%.

Selon le rapport, le solde commercial reste largement déficitaire avec 25 milliards de DH en 2014 et le taux de couverture s’est établi à 6,6% en 2014 contre 12% en 2000. En effet, le poids prépondérant des importations des produits énergétiques, notamment de l’huile de pétrole de l’Arabie Saoudite, contraste avec la faiblesse structurelle des exportations marocaines vers ces pays. En revanche, c’est au niveau des investissements que les relations avec les pays du CCG sont profitables pour le Maroc.

Ainsi, les flux entrants d’IDE en provenance du CCG ont atteint 10,2 milliards de DH en 2014, marquant une hausse de 82% par rapport à 2013. Leur part dans l’ensemble des IDE entrants est ainsi passée à 28% en 2014 contre 14% en 2013. Entre 2006 et 2014, ces IDE ont cumulé à près de 57 milliards de DH, représentant 19% des IDE totaux à destination du Maroc durant la même période. Ces investissements sont essentiellement originaires des Emirats Arabes Unis (44% des flux reçus du CCG entre 2006 et 2014) et de l’Arabie Saoudite (38%) et sont notamment destinés aux secteurs du tourisme, de l’immobilier et de l’énergie.

S’agissant des transferts des Marocains résidant dans les pays du Golfe, ils ont enregistré une hausse de plus de 16% en 2014 pour se situer à 10,5 milliards de MDH contre seulement 1,6 milliard de DH en 2004.

Quant aux arrivées des touristes (hors MRE) en provenance des trois principaux pays pourvoyeurs du CCG, à savoir l’Arabie Saoudite, le Koweït et les Emirats Arabes Unis, elles ont augmenté de 12%c en 2014 pour atteindre près de 120.000 touristes. 
Quant aux recettes de voyages, en provenance des trois pays du CCG, elles ont atteint 3,9 milliards de DH en 2013.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Driss Benhima, PDG de Royal Air Maroc

Article suivant

Dyar Al Mansour : 700 MDH à mobiliser en Billets de Trésorerie