Agriculture

Pastèque marocaine : 2020 ou l’année de tous les records

Le Maroc continue de monter en puissance dans la hiérarchie mondiale de la pastèque. En effet, alors qu’il pointait encore, en 2019, à la septième position parmi les exportateurs les plus importants, notre pays vient de gagner quatre places d’un seul coup.


Le pays se hisse au passage, au Top 5 de ce classement selon les dernières données de COMTRADE, la Division de statistique des Nations Unies (ONU). Aussi, avec un volume d’exportations qui a atteint 241,94 millions de kilos au titre de l’année 2020, soit un bond prodigieux de 48% par rapport à 2019, le Maroc talonne, désormais de près, le trio de tête composé de l’Espagne (leader incontesté avec une part de marché mondiale de 22,8%), le Mexique qui a explosé le compteur de ses exportations (+78% à 594 millions de kilos) et l’Italie qui gagne du terrain elle aussi (+32%).

Lire aussi | Le Maroc établit deux listes pour l’ouverture de son espace aérien

Il faut dire, que grâce au Plan Maroc Vert et à l’amélioration significative des rendements de la culture de ce fruit originaire de la vallée du Nil (en Egypte), notre pays a triplé ses exportations au cours des cinq dernières années, en passant de 79,56 millions de kilos en 2016 à 241,94 millions de kilos en 2020. Sa part de marché mondial a, par conséquent, grimpé à 6,6% (soit plus que le double sur la même période).

Lire aussi | Exclusion de l’Espagne de Marhaba 2021 : un impact désastreux pour les ports espagnols selon une députée espagnole

Mieux encore, le Maroc enregistre une percée plus remarquable au niveau des exportations en valeur, puisque le prix moyen de ses exportations de pastèques ont atteint en 2020 près de 0,58 euro/kg (près de 6,5 MAD/kg) en dépassant pour la première fois la performance des Pays-Bas, réputés jusqu’en 2019 pour vendre les pastèques les plus chères au monde.

Ce qui lui permet d’améliorer encore davantage ses exportations en valeur qui ont totalisé quelque 141 millions d’euros (plus de 1,5 milliard de dirhams, soit +61% par année glissante). Une performance qui permet à la pastèque de faire, désormais partie, du club très restreint des fruits et légumes qui génèrent plus d’un milliard de dirhams de revenus annuels à l’export et qui compte principalement la tomate, l’orange, la mandarine (avec ses différentes variétés) et l’olive de table.

 
Article précédent

Innov Invest : Seaf Morocco Growth Fund en tête du peloton

Article suivant

L’accord de libre-échange USA-Maroc fête ses 15 ans