Blog de Jamal Berraoui

Perturbations (Par Jamal Berraoui)

L’Union Européenne a décidé de lever l’embargo sur les livraisons d’armes aux opposants Syriens «light». En même temps « Annosra » qui a fait allégeance à « Al Qaïda » d’Irak et dont le projet est de réunir les deux pays dans un émirat islamique a été classée comme une organisation terroriste. Sur le terrain, «Annosra» est le deuxième groupe le plus important après «Kataeb Attaouhid» qui, sunnites, veulent établir une Syrie à leurs normes. Les horreurs du régime syrien sont effectivement intolérables. Sa chute pourtant n’augure d’aucun printemps. La Syrie est une mosaïque de croyances religieuses, de même que l’Irak. Michel Aflak, théoricien du Baâth, avait compris que seule la laïcité de l’Etat pouvait maintenir une unité indispensable à son projet fascisto-nationaliste. En Libye, l’intervention militaire a condamné le régime honni de Kadhafi. Aujourd’hui, l’on parle d’une nouvelle intervention pour «sécuriser» le pays.


Un travail d’investigation journalistique démontre que le Qatar et la France avaient décidé de dégommer Mouammar, le dictateur fou, un an auparavant et que la France et l’Angleterre ont mené des manœuvres militaires dont le scénario était le soutien à une révolte contre « un dictateur qui menace les intérêts nationaux ». En fait, les intérêts étaient ceux de Total, Kadhafi avait dénoncé un contrat parce que les Français avaient impliqué les Qataris qu’il haïssait. L’Irak se déchire, mille morts en un mois. Pendant huit ans, l’Occident a maintenu la guerre Irako-Iranienne en soutenant, à tour de rôle, celui qui perdait du terrain. L’Iran en est sorti affaibli, tout en renforçant le pouvoir des mollahs. L’Irak en est sorti exsangue parce qu’il n’avait pas la densité humaine d’une guerre d’une telle durée. C’est la raison principale de l’occupation du Koweït, encouragée par l’ambassadrice des USA. Ils ont menti pour démanteler Saddam, cela a coûté la vie à un million d’Irakiens depuis l’invasion.

L’Occident a choisi d’avancer l’idée de l’ingérence humanitaire. Cela a commencé aux Balkans, puis en Somalie où 200 bérets verts ont été trucidés en quelques heures par les «chebabs», sous armés mais plus convaincus, avec le soutien d’une population rétive à toute intervention étrangère, et surtout pas «Yankee». Cette idée en apparence généreuse, se transforme en véritable piège pour les Occidentaux, mais les peuples autochtones en paient le prix. Le pétrole arabe est partout sécurisé et les sept majors s’en mettent plein les poches. Il n’y avait aucun autre objectif que cela et les militaires américains ont déguerpi comme de lâches lapins, après vingt jours de combats en Somalie, parce que ce pays n’a pas de pétrole. Depuis deux décennies l’Etat Somalien n’existe plus. L’Irak et la Syrie suivent la même voie. C’est intéressant pour « Israël », mais cela en fait des viviers pour le terrorisme. Le pétrole l’a emporté sur la stabilité dans les priorités occidentales. Quant aux jérémiades sur l’humanisme, sur l’universel, colportées par des pantins comme Bernard Henry Lévy, qui est à la philosophie ce que le sida est à l’amour, selon le bon mot d’un journaliste, ce n’est qu’un discours pour cacher la connivence mercantile entre les politiques et les puissances d’argent. La destruction d’Etat nation en construction les ramène à un communautarisme guerrier. Le Liban lui-même va imploser bientôt. Le printemps arabe se transforme définitivement en big-bang barbare, parce que l’Occident n’est rien d’autre qu’une puissance assujettie aux valeurs vénales. Les peuples s’en souviendront, on leur a volé leurs rêves pour quelques puits de pétrole. Les véritables porteurs de valeurs humanistes sont broyés, égorgés par les extrémistes d’un côté et de l’autre, grugés par les faux prophètes à la solde des multinationales. 

 
Article précédent

Edito : Mauvais réflexes

Article suivant

Erdogan : une visite chahutée