L'édito

Pesanteurs et innovations

Adil LAHLOU, Directeur de publication

 Le ministre de l’Economie et des Finances, qui reconnaît enfin la réalité de la crise, a déclaré que les recettes de l’Etat ne couvrent que la masse salariale, la Caisse de Compensation et le service de la dette. Tous les investissements doivent être financés par endettement et le risque de dérapage est réel. Le dilemme est réel, soit on limite les investissements publics, alors qu’ils tirent la croissance, soit on atteint des niveaux de dette ingérables : c’est une donnée structurelle qui limite l’action des gouvernements successifs, la couleur politique important peu.
Le seul moyen d’en sortir c’est l’élargissement de l’assiette et le renforcement des recettes de l’Etat. La dépense fiscale peut être revue à la baisse, sans problème pour la croissance. Le grand chantier c’est la lutte contre l’évasion et la fraude fiscales. Le mode incitatif n’a pas donné de résultat probant, lors des assises de la fiscalité, il faudra imaginer un autre fonctionnement parce que la stabilité du pays est en jeu.


Le programme d’aide à l’employabilité de l’OCP est en marche. Les jeunes sont encadrés par des formateurs professionnels qui sont parfois agents de l’office, et souvent contractuels issus d’entreprises spécialisées. Il est évident que c’est la voie la plus rationnelle pour mettre en adéquation les acquis des jeunes et les opportunités du marché de l’emploi. Le ministre, Abdelouahed Souhail, en avait fait une priorité. Le projet de Loi de Finances ne comporte aucun programme de ce genre. L’OCP n’ayant ni la vocation, ni les moyens, de corriger les déficiences du système éducatif pour tous nos jeunes, il faut que d’autres institutions suivent la voie. Les grandes entreprises, les collectivités locales peuvent y contribuer par exemple. Mais c’est à l’Etat de mettre en place ce chantier, défriché par l’OCP.

Après la liste des détenteurs d’agréments de transports, Aziz Rabah, le ministre de l’Equipement a publié la liste des exploitants de carrières. La démarche n’est pas saine. On livre à la vindicte populaire des gens qui n’ont enfreint aucune loi. Ils ont obtenu des autorisations, des situations de rente, dans le cadre d’un système qui le permet. C’est ce système qu’il faut mettre à bas. Le gouvernement promet de mettre en place des procédures à la fois plus transparentes et plus rentables pour l’Etat. C’est cette nouvelle politique que les opérateurs attendent et non pas la satisfaction d’un voyeurisme maladif, incriminant des citoyens qui, répétons-le, n’ont commis aucun délit.

 
Article précédent

# 397

Article suivant

# 398