Interview

“ Philips voit le Maroc comme l’une des clés de sa stratégie en Afrique ”

JJ Van Dongen, PDG de Philips Afrique “Philips voit le Maroc comme l’une des clés de sa stratégie en Afrique ”

La multinationale néerlandaise Philips a organisé la première édition de son événement The Philips Media Tours du 28 septembre au 3 octobre 2014 pour exposer sa stratégie et ses innovations à la presse mondiale. JJ Van Dongen, PDG de Philips Afrique, revient dans cet entretien sur les opportunités et les défis du groupe sur le marché marocain et dévoile sa stratégie sur le continent. Propos recueillis par Roland Amoussou


Quelle est la place du Maroc dans la stratégie africaine de Philips ? 

Philips voit le Maroc comme l’une des clés de sa stratégie en Afrique. Il faut savoir que le marché marocain est très important pour notre groupe. D’ailleurs, Philips s’est installé au Maroc depuis très longtemps déjà. Sur ce marché, nous nous focalisons sur les segments Eclairage et Soins de santé. Et donc, c’est du Maroc que nous scrutons les autres marchés de la région comme l’Algérie, la Tunisie. Le Maroc est vraiment un marché clé pour Philips en Afrique. Nous y sommes, et nous continuons de développer nos activités comme nous l’espérons. 

Quelles sont les opportunités qui s’offrent à vous aujourd’hui sur le marché marocain ? 

Nous voulons de plus en plus développer notre branche Soins et Santé sur le marché marocain. Nous avons notre portofolio que nous voulons développer au Maroc pour que les gens puissent vraiment connaître toutes nos solutions intégrées. Il s’agit aussi de notre partenariat avec le Ministère de la Santé marocain, avec qui nous avons déjà fait plusieurs choses. Nous avons une collaboration continue. Il s’agit aussi pour nous de travailler ensemble pour voir dans quelle mesure notre branche Soins et Santé peut apporter des solutions idéales au système de santé marocain. Nous sommes là donc pour aider le ministère à trouver les solutions dont il a besoin. Dans le même temps, nous voulons également développer d’autres partenariats avec d’autres partenaires marocains. Nos produits, je cite par exemple les appareils IRM dernière génération que nous avons développés et nos catlabs sont très sollicités, notamment par le secteur privé au Maroc. C’est une preuve que nous avons des opportunités à exploiter sur le marché marocain. Sur notre branche Eclairage, il s’agit d’efficacité énergétique à travers une économie d’énergie. Comme vous le savez, l’enjeu aujourd’hui pour de nombreux pays est d’utiliser l’énergie à bon escient à travers une économie d’énergie bien maîtrisée. Par exemple, au Maroc cela pourrait être une transition de l’éclairage incandescent, très répandu, vers un éclairage fluorescent compact ou carrément un éclairage LED. C’est une solution qui peut permettre une économie d’énergie allant jusqu’à 80%. Et vous imaginez ça! Si on peut économiser jusqu’à 80% d’énergie, je pense que c’est énorme pour un pays. 

Quels sont vos défis au Maroc ? 

 Vous savez, le défi sur n’importe quel marché est toujours de savoir comment offrir de meilleurs produits et comment les faire parvenir à ses clients. Nous nous focalisons sur le développement d’un nouveau modèle de retail moderne et innovant. Concernant notre branche Eclairage, il s’agit du modèle de vente de nos solutions, de comment procurer nos solutions d’éclairage aux villes. 

Philips jouit d’une bonne réputation au Maroc. Comment avez-vous bâti cette bonne perception que les Marocains ont pour les produits Philips ? 

Nous sommes au Maroc depuis longtemps et nous croyons au potentiel de nos employés locaux. Cela fait partie de notre stratégie d’employer des compétences locales. Vous savez, moi je suis Sud-africain et mon staff basé en Afrique du sud est composé de compétences locales. C’est la seule façon de réussir à comprendre les réalités locales propres à chaque marché. A cela, s’ajoutent nos produits qui sont d’une grande qualité. 

D’après votre agenda, vous devriez effectuer un voyage au Maroc la semaine prochaine. Quelle est la raison de ce déplacement ?

 C’est une raison professionnelle. En fait, chaque année je tiens une rencontre avec mon management africain, réunissant tout le staff managérial de Philips des diverses régions de l’Afrique. C’est une rencontre annuelle qui se déroule dans différentes régions du continent, et cette année, nous avons choisi de la tenir à Marrakech, où nous allons définir de nouvelles orientations. Et vous savez aussi que nous venons de nous installer dans notre tout nouveau bureau à la Marina de Casablanca. Nous allons célébrer cela à Casablanca avec le staff et aussi profiter de cette occasion pour rencontrer nos clients et écouter leurs besoins pour savoir quelle amélioration apporter pour aller de l’avant. 

Philips a récemment annoncé qu’il va se diviser en deux grands groupes. Comment cela va-t-il se manifester sur l’organisation du groupe en Afrique ? 

Cette décision n’implique pas de changements majeurs au sein du groupe. En ce qui me concerne, en tant que PDG du groupe pour le continent, Philips a déjà un plan de développement accéléré pour l’Afrique. Les deux branches Eclairage et Soins de Santé connaissent une bonne croissance, donc ce n’est pas comme si on va encore modifier quelque chose. Ce que moi je vois, c’est plutôt une manière pour nous de renforcer cette croissance, en sachant segmenter les besoins des clients selon que cela soit du ressort de l’Eclairage ou de celui des Soins de santé. Par exemple, sur l’Eclairage, il s’agira pour nous de travailler sur notre retail, de savoir comment travailler avec les municipalités sur des solutions intégrées liées à l’éclairage des villes sur le long terme. A mon avis, je ne vois pas cette décision comme un changement qui aura des conséquences sur notre business, mais plutôt comme quelque chose qui va renforcer la présence de Philips auprès de ses clients.

 Quels sont les marchés sur lesquels Philips mise en Afrique pour accroître son chiffre d’affaires ?

 Les marchés comme l’Egypte ou l’Afrique du sud sont assez forts. Mais, nous voyons aussi que le marché marocain est en train de connaître une croissance de plus en plus importante. Nous savons aussi que nous devons renforcer notre présence en Algérie. En tant que compagnie, nous nous focalisons sur sept principaux marchés qui sont pour nous la clé de réussite: Maroc, Algérie, Egypte, Kenya, Afrique du sud, Ghana et Nigéria. Toutefois, nous nous intéressons de plus en plus aussi à des marchés comme l’Ethiopie, la Tanzanie qui deviennent de plus en plus importants. Il faut savoir aussi que notre stratégie est de se focaliser sur les villes ayant plus d’un million d’habitants. Cependant, je ne peux pas vous révéler la part de l’Afrique dans le chiffre d’affaires global de Philips. Globalement, les marchés émergents représentent 37% du chiffre d’affaires de Philips. 

Et la concurrence ? 

Evidemment, il y a une concurrence. Tout le monde voit l’Afrique aujourd’hui comme un marché à forte croissance. Mais, la clé de réussite pour nous, c’est l’innovation. En tant que grand groupe, il s’agit pour nous de savoir comment nous devons travailler pour donner encore plus de satisfaction à nos clients. Nous nous focalisons sur les besoins des gens et comment nous pouvons faire la différence avec les solutions que nous leur procurons pour améliorer leur vie. n

 
Article précédent

Transport - Une extension en vue du réseau du tramway Rabat-Salé

Article suivant

Le marché africain, un enjeu stratégique pour Philips