Energie renouvelable

Platinum Power : Brookstone Partners prépare une audience le 19 février

Platinum Power vacille entre difficultés financières et contraintes juridiques. Son partenaire de référence Brookstone Partners, qui conteste la reconduction de Omar Belmamoun en tant que président directeur général de Platinum Power, menace de faire recours en justice contre « l’illégalité de ce statut », selon un communiqué que nous a adressé l’entreprise new-yorkaise.


Selon le communiqué, le président de Brookstone Partners « Michael Toporek se concentre désormais sur la préparation de l’audience du 19 février 2019 devant le Tribunal de Commerce de Casablanca chargé du suivi de la situation financière de la société au cours de laquelle il présentera sa vision et sa stratégie de recapitalisation afin de sauver les projets de Platinum Power et son investissement ».

Lire aussi Platinum Power au bord du gouffre

Le Management de Brookstone Partners a décidé de réagir ainsi en opposition à un statut qu’elle considère aberrant, voire illégal, après avoir appris « qu’au cours de l’Assemblée Générale Extraordinaire (“AGE”) de Platinum Power du 5 février 2019 des décisions autres que celles prévues à l’ordre du jour auraient été prises. Ces décisions porteraient sur la nomination de nouveaux administrateurs de la société et le maintien de Omar Belmamoun en tant que Président Directeur Général ».

Si une telle information était avérée, poursuit le communiqué, cette décision serait contraire aux dispositions légales et statutaires de la société.

« Pour rappel, l’AGE n’est et ne saurait être compétente en matière de nomination du Conseil d’Administration de la société au titre de la loi et des statuts. De surcroit, toute décision autre que celles prévues par l’ordre du jour de la convocation à ladite AGE serait, au titre de la loi, nulle et non avenue.

L’illégalité de cette décision serait d’autant plus avérée qu’il s’agit dans ce cas d’une deuxième convocation à l’AGE dont l’ordre du jour, aux termes des dispositions législatives, ne peut être modifié. La soumission de décisions comme celles-ci à l’AGE relève de l’incompétence et d’une tentative illégale de maintien aux commandes de la société de la part de Belmamoun », indique le communiqué.

Au regard de ces éléments, Brookstone Partners compte attaquer en annulation toutes les décisions de cette AGE autres de celles liées à la continuité de l’exploitation de Platinum Power, que Brookstone Partners approuve.

« Par ailleurs, au-delà de son illégalité, Brookstone Partners conteste, par principe, la décision déraisonnable de reconduire à son siège de PDG Omar Belmamoun. En effet, celui-ci, bien qu’entouré d’une équipe dévouée et de très grande qualité, a commis de nombreuses erreurs de gestion ayant conduit la société à la situation actuelle. Brookstone Partners désapprouve également le fait que cette AGE n’ait pas abordé les solutions de recapitalisation, dénotant une nouvelle fois de l’irresponsabilité du PDG Omar Belmamoun », précise le communiqué de Brookstone Partners.

Ainsi, en sa qualité d’investisseur majoritaire, Brookstone Partners affiche sa volonté de « travailler de concert avec l’ensemble des actionnaires, notamment avec les actionnaires minoritaires, qui ont toujours démontré une volonté forte et une détermination marquée face aux situations difficiles auxquelles Platinum Power a pu faire face jusqu’à maintenant, afin de trouver une solution viable, sérieuse et crédible pour aller de l’avant ».

Un plan de recapitalisation sous condition 

Brookstone Partners a affirmé que le soutien qu’elle porte à Patinum Power « n’a cessé que lors de la prise de décision de M. Belmamoun de refuser le plan de recapitalisation. Brookstone Partners réaffirme sa disposition à réaliser un plan de recapitalisation, toutefois désormais conditionné à la révocation de M. Omar Belmamoun du management de la société du fait de sa gestion désastreuse. Son obstination à se maintenir dans ses fonctions, tout en refusant le plan de recapitalisation, crée une situation préjudiciable pour la société, aux seules fins de servir les intérêts personnels de Belmamoun. Aujourd’hui M. Omar Belmamoun prend en otage la société, les salariés, les autres actionnaires et les projets au détriment de la survie de la société. Or, l’urgence à l’heure actuelle est d’assainir la situation financière de la société, de financer les salaires accusant d’un retard de quatre mois d’impayés, et de donner à la société les moyens d’honorer ses engagements, notamment ceux relatifs aux accords signés avec les gouvernements africains ».

Pour rappel Platinum Power a solennellement signé des accords concernant le développement de projets d’envergure au Cameroun et en Côte d’Ivoire.

« Dans cette perspective, les intentions de Brookstone Partners restent inchangées, à savoir la réussite de Platinum Power au Maroc et en Afrique, intentions pour lesquelles Brookstone Partners a déjà investi 15 Millions de dollars dans Platinum Power (en capital et en compte courant). M. Michael Toporek réitère ainsi, à cette occasion, sa volonté de procéder au sauvetage de Platinum Power, de ses projets, et d’honorer les engagements de la société envers ses salariés », conclut le communiqué.

 

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Upline Courtage se penche sur le risque d'impayés

Article suivant

Transports publics : le énième échec