ConjonctureFlash-eco

PLF 2019 : le gouvernement table sur un taux de croissance autour de 3,2%

Le gouvernement prévoit de réaliser un taux de croissance de 3,2% en 2019 et de contenir l’inflation à moins de 2%, a affirmé le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun.


Présentant le PLF 2019, le ministre a souligné que l’exécutif œuvrera à assurer la stabilité des équilibres financiers en maintenant le déficit à 3,3%. « Ce sont là autant d’indicateurs qui illustrent la solidité de l’économie nationale, mais il convient de les consolider en veillant à redonner confiance au citoyen à travers des prestations sociales de qualité et lui assurer un emploi décent, un revenu stable et raisonnable », a-t-il déclaré.

Le projet, a-t-il dit, porte un intérêt particulier à la promotion de l’investissement privé, au soutien de l’entreprise, notamment les PME pour les encourager à recruter les jeunes. Il a en effet souligné que le gouvernement poursuivra son effort volontariste d’appui à l’investissement public en allouant un total de 195 milliards de DH à la poursuite des stratégies sectorielles et des méga-chantiers d’infrastructures. Sur la même lignée, a-t-il poursuivi, la priorité sera accordée au Programme d’accélération industrielle, à la valorisation de ses acquis en matière de création d’emplois et d’attraction des investissements étrangers ainsi qu’à la consolidation du positionnement des entreprises nationales sur les chaînes de valeur mondiales. Le gouvernement va également agir pour consolider les acquis réalisés dans le secteur agricole dans le cadre du plan Maroc vert, et pour créer davantage d’opportunités d’emplois et d’activités génératrices de revenus, notamment au profit des jeunes du monde rural. Ces mesures passent, a-t-il précisé, par la facilitation de l’accès des investisseurs au foncier agricole, la mobilisation des terres soulaliyates et l’accompagnement technique et financier requis.

En parallèle, a poursuivi le ministre, le gouvernement prévoit d’adopter une série de mesures pour stimuler l’investissement privé à travers l’activation des réformes législatives, organisationnelles et institutionnelles visant à améliorer le climat d’affaires et à hâter l’adoption de la nouvelle Charte d’investissement par le biais de l’adoption d’un nouveau système contractuel global, homogène et incitatif. Il a souligné en outre la détermination du gouvernement à accélérer la réforme des Centres régionaux d’investissement (CRI) de manière à les doter des attribuions nécessaires pour accomplir au mieux leurs missions de promotion de l’investissement sur le plan régional et de création des opportunités d’emplois.

Dans le même esprit, a ajouté Mohamed Benchaâboun, le gouvernement accorde un intérêt particulier au soutien de l’entreprise, particulièrement les PME et la micro entreprise à travers une série de mesures propres à redonner confiance aux entreprises. Il s’agit notamment du règlement définitif de la dette liée à la TVA cumulée durant les dernières années au profit des entreprises du secteur privé et des entreprises publiques, sachant que le montant global de cette dette s’élève à 40 milliards DH.

 
Article précédent

Le français Touax solde un différend avec le fisc marocain

Article suivant

Il fait l’actu : Jean-Pascal Darriet, DG de Lydec