Economie

PLF 2020 : la CGEM recommande une baisse de l’IR

Dans la perspective de l’élaboration du PLF 2020, la CGEM souhaite que la grille de l’IR soit revue afin d’améliorer le pouvoir d’achat des salariés et relancer, par là même, la consommation, rapporte L’Economiste dans son édition du lundi 9 septembre.


Une telle mesure permettrait, selon le syndicat des patrons, de booster les recrutements et d’améliorer le taux d’encadrement des entreprises. Le patronat souhaite également une révision du taux de la cotisation minimale, qui avait été relevé à 0,75% en 2019. L’objectif étant de le ramener à 0,50% à partir de 2020, la cotisation minimale étant un impôt sur le chiffre d’affaires que l’entreprise est obligée de payer même si elle est déficitaire.

Pour l’Economiste, il est vrai que les négociations sont toujours en cours, mais des tendances se dégagent déjà. La première est que le patronat insiste sur la dissociation entre la logique de préparation du budget et le remaniement ministériel attendu pour les prochaines semaines. Il est également question de mettre le réaménagement du barème d’imposition des revenus en tête des priorités.

Le patronat espère que la grille de l’IR sera enfin revue, après huit ans de stagnation. Pour la CGEM, ce serait l’occasion de booster le pouvoir d’achat des Marocains et, partant, dynamiser la consommation des ménages qui reste un des moteurs de la croissance au Maroc, selon le quotidien économique. Un des arguments que compte faire valoir la CGEM concerne les charges que supportent aujourd’hui les Marocains, notamment la classe moyenne, et qui constituent des économies pour le Trésor, sans qu’ils ne bénéficient d’un avantage fiscal en contrepartie. A ce sujet, c’est l’exemple des ménages de plus en plus nombreux qui sont contraints d’inscrire leurs enfants dans des établissements scolaires privés, supportant ainsi d’importantes charges sans qu’ils en soient avantagés sur le plan fiscal.

Pour cette année, la CGEM va défendre un rabaissement de ce taux à 0,50% au lieu de 0,75%, soit revenir au niveau d’avant 2019. D’autres mesures évoquées lors des dernières assises de la fiscalité seront également d’actualité lors des négociations du PLF 2020.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Partenariat Hyundai-FRMF : Des véhicules hybrides à disposition

Article suivant

Il fait l'actu : Miloudi Moukharik, président de l'UMT