Patronat

Projet de la loi de Finances 2021 : les attentes de la CGEM

La CGEM a donné rendez-vous à la presse nationale mercredi 9 septembre, pour répondre aux questions relatives aux priorités de la CGEM pour cette rentrée économique 2020-2021 très particulière.


Dans son discours introductif, le président de la CGEM, M. Chakib ALJ a insisté sur la nécessité d’un changement d’état d’esprit afin de passer d’une stratégie défensive à une stratégie offensive en dépit du manque de visibilité. Etant donné que le confinement n’a pas éradiqué le virus qu’on pensait qu’il était saisonnier, le seul choix qui reste est d’apprendre à vivre avec en maintenant les mesures barrières pour éviter un reconfinement qui serait dramatique pour notre économie. 

Lire aussi| Report de l’accord commercial UE-Mercosur : une aubaine pour les agriculteurs marocains

S’agissant du Projet de la Loi de Finances 2021, le Président de la CGEM a précisé quatre axes fondamentaux qui doivent structurer ce projet : la révision des démarches et dispositifs fiscaux ou douaniers qui entravent le développement et la compétitivité de l’entreprise marocaine ; encourager la préférence nationale ; orienter notre système de taxation sur l’acte de consommer et alléger les taxes qui portent sur la valeur créée par l’entreprise et enfin, intégrer la dimension sociale dans ce PLF.

S’agissant de la relance, le Président a indiqué que la CGEM est en attente du déploiement des mesures de soutien par les fonds propres et des plans de relance sectoriels. Le Fonds d’investissement stratégique et le partenariat public privé (PPP) annoncés par le Souverain, joueront un rôle déterminant dans cette relance. Ce fonds donnera la priorité, en particulier, aux secteurs industriels orientés vers l’export, et aux secteurs stratégiques prometteurs pour le développement humain. Par secteur et à cette date, seul le secteur du tourisme a eu son plan de relance, sachant que plusieurs secteurs sont en grande difficulté notamment le textile, la restauration, l’événementiel.

Lire aussi| Programme Impulse de l’UM6P : 16 Startuppers primés

Ainsi, la rentrée économique 2020-2021 fait l’objet de beaucoup de chantiers que la CGEM et ses partenaires « doivent lancer et mener à bien avec cohérence, célérité, en donnant confiance par de la visibilité et en renforçant le contrôle de l’application des décisions et en mobilisant toutes les compétences pour sortir de cette crise avec le moins de dégâts.» conclut-il.

 
Article précédent

État d'urgence : une nouvelle prolongation pour quoi ?

Article suivant

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mercredi 9 septembre