Fiscalité

PLF : Benchaâboun face au patronat

L’Economiste s’intéresse dans son édition de ce vendredi 1er novembre à la réunion entre Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration et la CGEM, prévue lundi 4 novembre.


Le quotidien estime que le ministre va devoir faire preuve de beaucoup d’imagination pour convaincre les opérateurs économiques lors de cette rencontre à laquelle participera également Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur. L’ordre du jour portera essentiellement sur le projet de loi de Finances (PLF) qui n’a guère été du goût du patronat. Mais la présence du ministre de l’Intérieur laisse présager qu’il sera également question de la fiscalité locale, précise le journal.

« Le projet de loi de finances est extrêmement technique, mais nous n’avons relevé aucune volonté politique dans le sens de la création d’entreprises et donc d’emplois », estime Youssef Mouhyi, président de CGEM Marrakech-Safi dans les colonnes de L’Economiste. Le journal avance que le patronat a beaucoup de griefs à l’égard du PLF qui ne reprend pas grand-chose des recommandations des assises de la fiscalité. Il ajoute que les représentants de la CGEM ne désespèrent pas d’intégrer certaines mesures au projet de loi actuellement en discussion à la Chambre des représentants.

Lire aussi : PLF 2020 : Le document intégral

Cette année, le patronat compte défendre 36 mesures fiscales transverses comme l’IS à 28% pour tous les secteurs, la suppression de la cotisation minimale sur 5 ans et l’ajustement du barème de l’IR, relève le quotidien.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

La France réserve 2,5 milliards d'euros aux PME africaines

Article suivant

Coupe Arabe Mohammed VI : Un derby Raja-Wydad sans pareil!