Projet de Loi de finances

PLF2020 : La promotion de l’investissement et l’appui à l’entreprise priorisés

Dans le projet de loi de finances (PLF2020), le gouvernement a donné la priorité à la promotion de l’investissement et à l’appuie de l’entreprise dans le but de relever le rythme de la croissance économique, seul garant de la création de la richesse et d’emploi. 


Dynamiser la croissance en maintenant l’effort de soutien à l’investissement public à travers la poursuite des grands chantiers d’infrastructure et des stratégies sectorielles, tel est l’objectif du gouvernement, indique la note de présentation du PLF2020, publiée sur le site du ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration. 

En outre, poursuit la même source, l’Exécutif veillera à la promotion de l’investissement privé national et étranger via la mise en œuvre des mesures relatives à l’amélioration du climat des affaires et l’appui aux très petites, petites et moyennes entreprises (TPME), le soutien aux entreprises exportatrices et le renforcement de leur compétitivité. 

Dans ce cadre, le gouvernement ambitionne de mettre en place un « Small Business Act » dans l’objectif d’améliorer l’efficacité des différents instruments et mécanismes de soutien aux start-up et aux TPME. 

Lire aussi : PLF 2020 : de nouvelles indiscrétions

De surcroît, en plus de la poursuite de la mise en œuvre de la réforme des centres régionaux d’investissement (CRI), le projet de la loi-cadre portant réforme de la charte d’investissement est en cours de finalisation par le gouvernement. 

Par ailleurs, l’Exécutif veillera à poursuivre les grandes réformes institutionnelles et structurelles initiées au cours des dernières années. Ainsi, l’accent sera mis sur l’accélération de la régionalisation avancée et l’instauration du système de contractualisation avec les Régions et sur la mise en oeuvre de la déconcentration administrative et ce, en vue d’instaurer un modèle de développement socio-économique territorial inclusif et durable.

Le gouvernement poursuivra, également, la mise en oeuvre d’autres réformes structurelles. Il s’agit, notamment, de la modernisation de l’Administration publique, de la réforme de la justice, de la réforme du système de retraite et de la réforme fiscale. En outre, le gouvernement s’attèlera à la poursuite de la mise en oeuvre des dispositions de la loi organique relative à la loi de finances, de la nouvelle approche de gestion des investissements publics et de la nouvelle vision relative à la restructuration du secteur des établissements et entreprises publics (EPP).

Au volet macroéconomique, certes des progrès notables ont été réalisés pour réduire le creusement du déficit budgétaire enregistré depuis l’année 2012, en passant de 7,2% à 3,7% en 2018, en amélioration de 3,5 points, mais la persistance de certains risques interpelle le gouvernement à maintenir l’effort pour consolider les acquis en matière de rationalisation des dépenses et d’optimisation des recettes publiques, en vue d’assurer la soutenabilité budgétaire à moyen terme et l’amélioration de l’efficacité des investissements publics. 

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Jacobs Engineering Maroc : les Australiens remplacent les Américains

Article suivant

BMW Golf Cup : Smeia célèbre les heureux gagnants