EnseignementFlash-eco

Plus de 24.000 enseignants bénéficiaires du mouvement de mutation

Un total de 24.235 enseignants ont bénéficié du mouvement de mutation au titre de l’année scolaire 2018-2019, a annoncé le ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.


Ces bénéficiaires sont répartis en trois catégories, 14.631 bénéficiaires dans l’enseignement primaire, dont 84 spécialisés en langue amazighe, 5069 dans le secondaire collégial et 4535 dans le secondaire qualifiant technique, a indiqué le ministère dimanche 24 décembre 2017, précisant que le nombre de bénéficiaires du regroupement familial a atteint 6376 enseignants au niveau de l’enseignement primaire (4279), du secondaire collégial (938) et du secondaire qualifiant technique (1159).

Le nombre de mutations a atteint un total de 8396 bénéficiaires au sein de la direction provinciale, a fait savoir la même source, ajoutant que les mutations dans la même région, entre directions régionales, ont totalisé 8117 bénéficiaires, tandis que celles en dehors se chiffrent à 7722. Le ministère a poursuivi que, durant les sept jours suivant la publication des résultats, toutes personnes souhaitant faire recours sont priées de soumettre, par voie hiérarchique, les demandes à leur académie régionale respective, qui va transmettre l’ensemble des demandes de recours au service des mutations relevant de la direction des ressources humaines et de la formation des cadres avant le 15 janvier prochain.

Le ministère a souligné que le mouvement de mutation est un cadre administratif permettant aux femmes et aux hommes d’exercer leur travail à l’endroit demandé, dans le cadre de la transparence et de l’égalité des chances, tout en contribuant à la stabilité psychologique et sociale des enseignants et enseignantes, ce qui se répercute positivement sur le rendement et la qualité de l’enseignement prodigué.

 

 
Article précédent

« Nous allons accélérer nos investissements en 2018 »

Article suivant

Sécurité sociale : le Maroc garde sa première place en Espagne