Entreprise

Plus de 51% des TPME opèrent dans les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire [Rapport]

Selon l’Observatoire marocain de la très petite et moyenne entreprise (OMTPME), Plus de 51% des TPME opèrent dans les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire. Le rapport annuel 2019-2020 de l’observatoire montre aussi que plus de 57,3% des entreprises (personnes morales et physiques actives) au Maroc sont situées sur l’axe Tanger-El Jadida en 2019.



L’OMTPME indique dans son rapport annuel 2019-2020 que par région, Casablanca-Settat recense 30,8% de l’effectif total, regroupant 303.013 entreprises personnes morales actives (EPMA) et 268.976 entreprises personnes physiques actives (EPPA). Elle est suivie par les régions de Rabat-Salé-Kénitra et de Tanger-Tétouan-Al Hoceima avec des parts respectives de 14,5% et de 12%. On apprend que les entreprises ayant un statut de personne morale sont majoritaires au niveau des régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé- Kénitra et Marrakech-Safi, avec des parts respectives de 66,8%, 53,1% et 53%.

Lire aussi | Maroc-UE. La CGEM plaide pour un partenariat win-win

De même, dans les autres régions, le tissu productif compte beaucoup plus d’entreprises personnes physiques que d’entreprises personnes morales. « Cette divergence démographique au plan régional peut être observée également entre les préfectures et provinces d’une même région, comme c’est le cas de Tanger-Tétouan-Al Hoceima », souligne l’Observatoire.

Par secteur, 33% des entreprises relèvent du secteur du commerce, réparation d’automobiles et de motocycles, suivi de la construction, des transports & entreposage et des activités spécialisées, scientifiques et techniques avec des parts respectives de 15%, 9,2% et 7,7%.

L’analyse du tissu des entreprises actives en 2019, par catégorie, fait ressortir la prépondérance des micro-entreprises ayant un chiffre d’affaires (CA) compris entre 0 et 1 million de DH, constituant ainsi 84,4% de l’effectif total des entreprises. Cette proportion est limitée à 7,5% pour les entreprises dont le CA est compris entre 1 et 3 millions de DH.

Quant aux moyennes et grandes entreprises, elles n’ont représenté que 0,6% et 0,3% respectivement de ce total. « Si l’on considère séparément les EPMA et les EPPA, il est relevé que celles, qui génèrent un chiffre d’affaires compris entre 0 et 1 million de DH, constituent 95,1% du nombre total des EPPA, contre 76 % pour les EPMA », note le rapport.

L’analyse de la répartition des TPME par section d’activités fait ressortir, quant à elle, que 70,3% de ces entreprises opèrent dans les secteurs du commerce, réparation d’automobiles et de motocycles, de la construction, des transports et entreposage et des activités spécialisées, scientifiques et techniques avec des parts respectives de 35,2%, 16,3%, 10,6% et 8,2%.

Lire aussi | Nouveauté. Le Seat Arona restylé débarque dans le Royaume

Aussi, le rapport montre-t-il que plus de 51% des TPME opèrent dans les secteurs les plus touchés par la crise de Covid-19, notamment le commerce, réparation d’automobiles et de motocycles, les transport et entreposage et l’hébergement et restauration, avec des parts respectives de 35,2%, 10,6% et 5,5%. En ce qui concerne la répartition des entreprises actives selon leurs formes juridiques, elle montre la surreprésentation des EPPA avec une part de 47% dans l’effectif total.

 Pour les sociétés à responsabilité limitée (SARL), la seconde forme juridique la plus importante, cette proportion est de 33,4%, suivie de la SARL à associé unique (SARL-A.U.) avec 14,8%. Au titre de l’année 2019, l’Observatoire a recensé un effectif de 571.989 entreprises au niveau de sa base consolidée constituée à partir des données fournies par la Direction Générale des Impôts (DGI), la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) et l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC). Cet effectif regroupe 303.013 EPMA et 268.976 EPPA.

 
Article précédent

Maroc. Une diplomatie sereine, mais offensive [Par Jamal Berraoui]

Article suivant

Covid-19. Le gouvernement met en place une série de mesures d'allégement à partir du 1er octobre