Flash-ecoIndustrie

Pôle industriel Tanger Med : 55 milliards de DH réalisés à l’export en 2017

Le secteur automobile du royaume est en plein boom. Adossée au Plan d’accélération industrielle lancé en 2014, l’industrie automobile marocaine a pris son envol et rien ne peut l’arrêter. Au fil des années, notre pays a réussi à confirmer sa vocation de plateforme incontournable de l’industrie automobile dans la région. Une ascension, à juste titre, saluée et reconnue par les géants mondiaux du secteur. L’installation en 2012 du groupe Renault au Maroc, notamment à Tanger, a en effet été un coup d’accélérateur, ayant permis au secteur d’exploser. L’automobile a confirmé son statut de premier exportateur du royaume avec un chiffre d’affaires à l’export de 70 milliards de DH en 2017 contre 11 milliards de DH en 2009. Notons que sur ces 70 milliards de DH, 55 milliards de DH ont été réalisés par le pôle industriel Tanger Med, qui est composé aujourd’hui d’une centaine d’équipementiers de rangs complémentaires installés sur 800 ha de zones d’activités dédiées à l’automobile. Et les ambitions du royaume sont très importantes. Le pays table d’ores et déjà sur une production de 1 million de véhicules destinés à l’export à l’horizon 2025 pour un chiffre d’affaires de 200 milliards de DH. Cette bonne dynamique du secteur suscite des appétits tous azimuts de la part des constructeurs mondiaux. Ainsi, après Renault à Tanger, le groupe PSA est à pied d’œuvre pour la construction de son usine à Kénitra.


Attractivité

Force est de remarquer que Tanger Med a su développer une offre adéquate, en mettant en place des solutions innovantes répondant parfaitement aux attentes des divers équipementiers. Parmi la panoplie d’entreprises installées sur la plateforme pour profiter de ses avantages compétitifs, on note Magneti Marelli, qui est une filiale du groupe Fiat Chrysler Automotive (FCA) qui s’installe à Tanger Automotive City (TAC) , avec un investissement de 37 millions d’euros dans une unité de fabrication de pièces pour amortisseurs, et devra commencer à livrer à partir de 2019. Notons que Tanger Med est également le partenaire de Magneti Marelli en termes de portage immobilier de son projet, où un investissement de l’ordre de 15 millions d’euros est prévu pour la construction de sa plateforme industrielle à TAC. Il y a aussi Varroc, l’équipementier d’origine indienne qui implante à TAC une usine de production et un centre de développement à la pointe de la technologie. L’usine produira des phares et des feux arrière pour les clients actuels et futurs au Maroc et en Europe du Sud. Soulignons d’ailleurs, que Tanger Med investit près de 10 millions d’euros pour la construction de cette plateforme, qui s’étale sur environ 18.000 m², qui est déjà en cours d’extension de 24.000 m²  supplémentaires, et ce, en vue d’introduire de nouvelles lignes de production. Ce montage favorisé par Tanger Med, permet ainsi au client de se focaliser sur son cœur de métier. Le Français Valeo a de même choisi Tanger Med. L’industriel a démarré son activité à TFZ en 2008 sur environ 4 000 m², où il fabriquait des systèmes d’éclairages pour l’usine Renault. Valeo monte en puissance aujourd’hui et décide de lancer son plus grand centre industriel intégré pour la région Afrique-Moyen Orient à TAC, érigé sur une dizaine d’hectares, avec un investissement avoisinant les 50 millions d’euros, pour deux lignes de produits, notamment le lighting et le HVAC. Tout récemment, le groupe Hands (Corée du sud) a aussi choisi de poser ses valises à Tanger Automotive City. Spécialisé dans la production de jantes en aluminium, le groupe Hands installe son unité de production sur une superficie de 23 hectares, avec un investissement de 383 millions d’euros. Il va sans dire, que l’afflux de ces différents équipementiers confirme l’attractivité de l’offre Tanger Med et que les perspectives à moyen et à long terme, sont très bonnes.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Le fonds Nebetou investit 20 millions de DH

Article suivant

Les poids lourds de la bourse tirent difficilement leur épingle du jeu