Maritime

Port de Casablanca. Une nouvelle procédure instaurée pour les marchandises en souffrance

Une nouvelle procédure de gestion des marchandises en souffrance a été instaurée récemment au port de Casablanca, indique l’Association professionnelle des agents maritimes, consignataires de navires et courtiers d’affrètement du Maroc (APRAM). Une procédure qui, selon l’Association, sera dans une seconde phase généralisée aux autres ports du Royaume et qui apportera une solution pérenne et proactive à la problématique.


En effet, elle permet de traiter les marchandises en souffrance dans des délais précis et convenus, explique l’APRAM dans un communiqué. Fruit du travail d’une équipe, qui a été désignée pour réfléchir et concevoir les process optimaux permettant d’améliorer de manière significative la gestion des marchandises en souffrance, cette procédure permet ainsi de réduire considérablement le délai de séjour de ces marchandises dans l’enceinte portuaire, ajoute la même source.

Lire aussi | Covid-19. Les tests rapides de nouveau commercialisés dans les pharmacies

Le travail de cette équipe a été validé par le Directeur général de l’ADII, Nabyl Lakhdar et le Président de l’APRAM, Aziz Mantrach, fait savoir le communiqué, notant que la réussite de cette initiative repose sur l’adhésion inconditionnelle de l’ensemble des intervenants portuaires publics et privés. Aussi, dans le cadre du partenariat Douane-APRAM, les deux institutions ont créé un espace de réflexion qui vise à proposer des solutions aux problématiques et attentes de tous les opérateurs.

Lire aussi | Banques. Le besoin en liquidité s’est accentué en juillet

Toujours selon le communiqué, les marchandises en souffrance sont des marchandises diverses et généralement conteneurisées abandonnées au port par les réceptionnaires. Elles ont constitué et continuent de constituer une problématique récurrente pour toute la communauté portuaire dans la mesure où elles nuisent à la sécurité du port, à l’optimisation de ses espaces et à son image. Par ailleurs, elles génèrent des frais onéreux de magasinage et de surestaries et impactent négativement les taux de fret pour les importations marocaines.

(Avec MAP)

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc. 9 041 nouveaux cas, 772 394 au total, mardi 17 août 2021 à 17 heures

Article suivant

Autotests Covid. La cupidité, ce mal profond qui menace la «santé sociale»