Entreprises & Marchés

Portrait-robot du touriste étranger au Maroc


La reprise est confirmée, et le secteur affiche 10% de croissance en matière d’arrivées de touristes depuis le début de l’année. 70% des touristes étrangers se déclarent totalement satisfaits, selon une enquête de l’Observatoire du Tourisme

Ce sont des chiffres très éloquents que vient de révéler l’Observatoire du Tourisme sur le tourisme national, à l’issue d’une enquête menée en 2013 sur le suivi de la demande et de la satisfaction des touristes au Maroc et présentée le 2 juin à Casablanca. En effet, cette enquête révèle que 70% des touristes étrangers déclarent être très satisfaits ou satisfaits de leur expérience au Maroc. On remarque aussi que 27% d’entre eux sont assez satisfaits. Les résultats de l’enquête montrent que les villes de Marrakech et Rabat enregistrent les plus forts taux de satisfaction avec respectivement 79% et 77% des touristes satisfaits et très satisfaits. Agadir arrive en troisième position avec 75% de touristes satisfaits et très satisfaits. Concernant les caractéristiques de la demande touristique, l’enquête fait ressortir que 45% des touristes étrangers ayant visité le Maroc en 2013, l’ont fait pour la première fois. Elle montre aussi que cette clientèle étrangère a une forte tendance jeune avec 69% des touristes âgés entre 25 et 44 ans venant dans 46% des cas en couple contre 26% voyageant seuls. On peut également dire qu’Internet, les précédents voyages et les recommandations des amis ou de la famille continuent d’être les sources d’information les plus influentes dans la prise de décision. Seuls 2% des touristes interrogés se disent insatisfaits. 

Tous les indicateurs au vert

Ces différentes données permettent ainsi aux différents acteurs de ce secteur clé pour l’économie nationale, de savoir sur quels leviers travailler désormais pour améliorer encore plus l’attractivité de la destination Maroc. Rappelant l’importance du tourisme pour l’économie nationale, le ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, a souligné qu’il est crucial de consolider les acquis dans le secteur. «Cette enquête est une source d’information qui nous permet d’avoir un certain nombre d’informations qui vont permettre de mieux se préparer pour être plus à l’écoute du touriste pour savoir ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas», a commenté de son côté Tarik Sadik, le secrétaire général de l’Observatoire du Tourisme. Pour sa part, Fouzi Zemrani, secrétaire général adjoint de la Confédération Nationale du Tourisme(CNT) a mis l’accent sur le défi que représente Internet pour le tourisme national. Selon lui, le foisonnement d’agences de voyages en ligne est un défi très important à relever. «Ces agences internationales ne payent pas de taxes au Maroc et n’emploient aucune personne dans notre pays, mais engrangent beaucoup d’argent sur la destination», a-t-il fait remarquer. «Tout cela doit nous amener aujourd’hui à trouver une solution pour redresser la barre », a ajouté le représentant de la CNT. Mais Internet n’est pas le seul défi, car l’enquête révèle aussi des axes sur lesquels le Maroc pourrait travailler pour améliorer la satisfaction des touristes étrangers. Ainsi, les intervenants lors du séminaire ont fait remarquer qu’un effort doit être fait concernant le transport, notamment les taxis au niveau des aéroports. Il y a également, entre autres, l’animation culturelle qui doit être renforcée. Soulignons que le Maroc table en 2014 sur 10,7 millions d’arrivées aux postes-frontières et 61 milliards de DH de recettes. Selon Lahcen Haddad, tous les voyants sont au vert depuis le début de l’année, confirmant ainsi la reprise dans le secteur. Depuis le début de l’année, on note 10% de croissance en matière d’arrivées de touristes, 11% dans les nuités, 5% dans le taux de remplissage et aussi 5% de croissance dans les recettes. 

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Un secteur à la traîne, pourquoi ?

Article suivant

Une nouvelle vision stratégique pour Renault Maroc