International

Pour l’ex-Premier ministre malaisien, les Musulmans ont « le droit d’être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé »

Mahathir Mohamad a publié jeudi un long texte sur le réseau social Twitter, expliquant que les Musulmans ont «le droit de punir les Français».


C’est un texte qui choque, quelques heures après les attaques terroristes de ce jeudi en France. L’ancien Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamad,  s’exprimait sur la liberté ou non, de caricaturer le prophète Sidna Mohamed . Comme d’autres chefs d’Etats, dont le président turc Recep Tayyip Erdogan, il s’oppose vivement aux caricatures et aux propos du président Emmanuel Macron à ce sujet. «Macron montre qu’il n’est pas civilisé. Il blâme l’Islam et les Musulmans pour le meurtre d’un professeur insultant», écrit-il sur son blog et sur Twitter en référence à Samuel Paty, décapité pour avoir montré ces caricatures lors d’un cours sur la liberté d’expression au collège.

Lire aussi |Arabie saoudite. Attaque au couteau au consulat de France de Jeddah

D’après Mahathir Mohamad, toutes les religions doivent accepter le respect des uns et des autres. «Cela ne va pas avec l’enseignement de l’Islam, mais si vous manquez de respect à une religion, alors des gens en colère vont tuer. Les Français, au cours de leur histoire, ont tué des millions de gens. Beaucoup étaient des Musulmans», dit-il. L’homme de 95 ans, qui a été Premier ministre à deux reprises de 1981 à 2003 et de 2018 à 2020, va encore plus loin et lance : «Les Musulmans ont le droit d’être en colère et de tuer des millions de Français pour les massacres du passé». Mahathir Mohamad de conclure : «Tuer n’est pas un acte que j’approuve en tant que Musulman. Mais, alors que je crois en la liberté d’expression, je ne pense pas qu’elle signifie insulter les autres».

Lire aussi | France. Attentat à Nice : trois morts et des blessés

Le réseau social américain Twitter a finalement retiré jeudi dans la soirée le message de l’ex-Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamad. La plateforme avait maintenu pendant quelques heures ce tweet, invoquant un «intérêt pour le public», tout en l’accompagnant d’un avertissement.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 4320 nouveaux cas, 212.038 au total, jeudi 29 octobre à 18 heures

Article suivant

Suivez le LIVE de l’émission «Décryptage» de radio MFM