Bourse

Premier trimestre : les résultats des sociétés cotées confirment la reprise


N’étant pas obligées de communiquer des réalisations trimestrielles, les sociétés cotées à Casablanca diffusent leurs résultats à fin mars au compte-gouttes. Cependant, les rares chiffres rendus publics font état d’une nette croissance ou d’un redressement des réalisations pour les trois premiers mois de l’année.

L’annonce la plus récente, mais sans doute la plus intéressante concerne Jorf Lasfar Energy Company (JLEC) qui publie un résultat trimestriel pratiquement multiplié par quatre. Mais, Maroc Telecom également à surpris la place en faisant état d’un redressement de l’activité du groupe. Pour sa part, la Samir n’a pas rendu public de chiffres, il suffit de s’en référer aux dernières statistiques industrielles pour s’apercevoir d’une forte croissance de l’activité.

Concernant JLEC, le résultat net part du groupe qui était de l’ordre de 48 millions de dirhams au premier trimestre 2013 a fait un bond spectaculaire pour atteindre quelque 204 millions de dirhams. Cette forte croissance s’explique par une nette amélioration de son chiffre d’affaires grâce à l’amélioration du taux de disponibilité qui passe de 19% à 95,9% entre le premier trimestre 2013 et la même période 2014. Ainsi, le chiffre d’affaires qui s’établit à 1,38 milliard de dirhams enregistre une croissance de 24% d’un premier trimestre à l’autre. Outre le taux de disponibilité, le démarrage des unités 5 et 6 qui étaient toujours en construction au moment de l’introduction ont donné lieu à la facturation du charbon utilisé pour l’essai. C’est ce qui explique ce bond au niveau opérationnel. Mais si la capacité bénéficiaire a connu une évolution aussi forte, c’est parce que la société a également reçu une belle compensation financière de la part du prestataire suite au retard enregistré dans la livraison des unités de production 5 et 6. Il faut signaler au passage, que le résultat d’exploitation de JLEC également a été multiplié par 3 pour s’établir à quelque 398 millions de dirhams.

Concernant Maroc Telecom, le chiffre d’affaires s’est stabilisé pour la première fois depuis plusieurs trimestres à quelque 7,2 milliards de dirhams. Cette évolution s’explique par la bonne tenue des filiales africaines de Maroc Telecom du groupe marocain. Evidemment, pour arriver à une telle performance commerciale, il a fallu écraser sensiblement les marges du groupe. Puisque le résultat opérationnel s’est tout de même replié de 12% pour s’établir à quelque 2,67 milliards de dirhams. Néanmoins, la société continue d’être une machine à cash, puisque les flux nets de trésorerie opérationnels affichent un solde positif de 2,54 milliards de dirhams. A ce niveau également, ce sont les filiales africaines dont les cash-flows opérationnels ont été multipliés par 2,5 qui tirent le géant.

Le distributeur automobile tunisien Ennakl Automobiles également a bien débuté l’année 2014. En effet, le chiffre d’affaires fait un bond de 10,7%, atteignant l’équivalent de 256 millions de dirhams. Et dans l’ensemble, les charges progressent beaucoup moins vite que les produits d’exploitation. En effet, les achats revendus de marchandises n’augmentent que de 6% et les charges du personnel reculent légèrement. C’est dire que l’on devrait assister à une amélioration des résultats pour ce premier trimestre.

Du côté du raffineur Samir, même si aucune donnée officielle sur le résultat trimestriel n’émane de la société, les statistiques de la Banque Centrale font état d’une nette amélioration de l’activité. En effet, les activités de raffinages se sont accrues de 31,6% à fin mars, après une baisse de 19,8% un an auparavant. La Samir a ainsi produit 1,696 million de tonnes contre quelque 1,289 million de tonnes au premier trimestre 2013. Mieux encore, la société commence à reprendre la main sur le marché local dans la mesure où, elle a vu ses ventes locales progresser de 24% à 1,439 million de tonnes. 

 
Article précédent

Il fait l'actu : Mohamed Alami Lazraq

Article suivant

La CME mise 600 millions d’euros dans ses deux parcs éoliens