Flash-ecoPatronat

Présidence de la CGEM : que proposent Mezouar et Marrakchi aux PME ?

La campagne pour la présidence de la centrale patronale est officiellement lancée depuis le vendredi 13 avril 2018, date d’évaluation et de clôture des candidatures. Le 22 mai courant, jour d’élection, le candidat favori s’installera dans le fauteuil de Miriem Bensalah-Chaqroun. Pour quoi faire ?


Le 22 mai, les deux candidats en lice, Hakim Marrakchi d’un côté et Salaheddine Mezouar de l’autre, s’opposeront pour la présidence de la CGEM, qui a acquis une stature sur le plan international depuis le passage de Miriem Bensalah-Chaqroun. Challenge a demandé aux candidats à sa succession de sélectionner les 5 ou 6 leviers qu’ils souhaitent actionner en faveur des PME. Une façon de livrer leurs visions sur les enjeux des transformations économiques en cours. Il en ressort chez l’un la promesse de mieux se focaliser sur les intérêts des adhérents, notamment via la mise en place d’un organe dédié à la défense des droits des entreprises, aux niveaux juridique, administratif, fiscal… chez l’autre, une volonté de se positionner sur les nouveaux relais de croissance que sont les économies verte, bleue ou numérique. Mais tous déplorent la faible qualité de la formation et s’entendent sur les sujets chers au patronat que sont l’amélioration de la fiscalité, la problématique des délais de paiement ou encore la flexibilité du marché du travail. Retour sur les mesures annoncées.

Salaheddine Mezouar : les leviers à actionner pour la PME

1 – Nous voulons créer un choc de compétitivité et renforcer l’offre Maroc, via un dispositif d’amélioration du climat des affaires prenant en considération notamment les délais de paiement, le financement, la simplification des procédures ainsi que l’adoption d’une loi permettant aux PME marocaines un meilleur accès aux marchés publics. Et partant, permettre au Maroc de parfaire son classement dans le classement Doing Business. Nous comptons également procéder à une révision du Code de travail pour mettre en place la « flexisécurité ». Il s’agit d’un dispositif donnant plus de facilités aux employeurs pour licencier des employés qui, eux, bénéficieront d’indemnités sur une plus longue durée et plus importantes avant de retrouver un emploi.

Hakim Marrakchi : Les leviers à actionner pour la PME

1- Nous projetons la mise en place, au sein de la CGEM, d’un organe dédié à la défense des droits des entreprises, aux niveaux juridique, administratif, fiscal … Cet organe jouera le rôle de médiateur entre les entreprises et l’administration pour tenter de résoudre les litiges à l’amiable. Il documentera les contraintes administratives les plus pénalisantes pour les entreprises (basées sur les cas traités) et les publiera sous forme de rapport annuel. Ce rapport documentera la CGEM dans le cadre du dialogue avec le gouvernement en matière d’amélioration du climat des affaires.

… Dossier à lire en intégralité dans le numéro de Challenge, actuellement en kiosque :

> Les doléances des acteurs du numérique

> Témoignage de Hammad Kessal, Economiste et ancien président de la Fédération des PME : la PME et la stratégie du kangourou

> Salaheddine Mezouar : les leviers à actionner pour la PME

> Hakim Marrakchi : les leviers à actionner pour la PME

 
Article précédent

Phone Group met en place sa Management Academy

Article suivant

Ford et CIH Bank initient le service bancaire mobile