Diplomatie

Proche – Orient : il n’y a pas de cataclysme

Les Emirats ont signé  un accord de paix avec Israël et alors ? Dubaï entretient des relations étroites avec l’état hébreu depuis 2012 et l’ascension de Mohamed Benzayed.


Le chef du Mossad a fait plusieurs visites aux Emirats, les échanges économiques sont de plus en plus importants. Ce qui a changé, c’est la volonté  de donner un coup de pouce électoral à Donald Trump, mal parti dans cette campagne. Le président soudanais désigné par la junte a rencontré Netanyahu au Kenya. Le  Soudan croit qu’Israël peut l’aider à sortir de la liste des pays terroristes. Enfin Bahreïn a accueilli un congrès économique  dans le cadre du plan de Trump. Il n’y a donc ni cataclysme, ni même le moindre changement. Pour les pays de la région, l’obsession est devenue l’Iran et la question palestinienne passe à la trappe, surtout depuis le funeste printemps arabe. Les palestiniens sont largement responsables. Leur division est la principale arme aux mains d’Israël. Face aux pressions de Barack Obama, Netanyahu répétait qu’il n’avait pas d’interlocuteur, ceci lui a permis de tenir jusqu’à l’arrivée de Donald Trump.

Lire aussi | Relance : une analyse et des propositions pertinentes de l’institut Amadeus

Les organisations palestiniennes doivent changer de logiciel. La radicalisation de leur combat est une erreur dramatique. Parce qu’ils ont oublié d’être idiots, les Israéliens ont réussi à obtenir que l’antisionisme soit assimilé à l’antisémitisme. Ce terme lui-même est très discutable, les arabes étant aussi des sémites.Il n’y pas de camp arabe sur cette question et il n’a jamais été monolithique. Par contre il y a de par le monde des forces éprises de justice et de paix. C’est ce camp là que les palestiniens devraient s’allier plutôt que  de considérer que la solidarité raciale leur est due.

Lire aussi | Rentrée scolaire au Maroc : lettre d’une psychopédagogue française à M. le ministre de l’Education Nationale

Maintenant que quelques capitales arabes normalisent avec Israël ne change rien. Le rapport de forces est très inégal depuis toujours et contrairement à ce qu’ils pensent, les Emirats comptent pour du beurre à l’échelle internationale. La question palestinienne est une cause juste. Elle recule depuis le coup d’état du Hamas. C’est la responsabilité historique des islamistes. Sans unité il ne leur restera pas énormément de soutiens.

 
Article précédent

Coronavirus : interdiction des festivités d’Achoura à Marrakech

Article suivant

Évolution du Coronavirus au Maroc : 1567 nouveaux cas, 60.056 au total, samedi 29 août à 18 heures