Consommation

Produits alimentaires : 30% des Marocains ont gardé le même niveau de dépenses pendant le confinement

Une proportion de 30% des ménages marocains a maintenu le même niveau de dépenses en matière de consommation alimentaire durant la période du confinement imposé par la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus (Covid-19), selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).


Trois ménages sur 10 ont gardé le même niveau de dépenses pour dix produits alimentaires à savoir la farine et céréales, les légumes, les fruits, les légumineuses, les viandes rouges, les viandes blanches, les poissons, le lait et produits laitiers, les huiles et le sucre, précise le HCP dans une note sur les répercussions du nouveau coronavirus (Covid-19) sur la situation économique des ménages/2ème panel de l’impact du coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages réalisé du 15 au 24 juin dernier auprès d’un échantillon représentatif de 2.169 ménages. 

Lire aussi |La confiance des ménages atteint son niveau le plus bas depuis 2008 (HCP)

Ladite note fait également ressortir que pour un ménage sur 5 (19,6%), le niveau de dépenses a connu une hausse pour au moins un de ces 10 produits et une baisse pour plus d’un ménage sur 2 (55%), ajoutant que 31,2% des Marocains ont réduit leurs dépenses allouées aux fruits et 28,3% aux viandes rouges et 27,8% au poisson. De même, le HCP indique que 20,8% des ménages ont vu leurs dépenses en achats de viandes blanches baisser, 19,5% celles des légumes, 18,7% de la farine et des céréales et 16,4% des légumineuses. La réduction des dépenses a été moins consistante pour le lait et les produits laitiers (13,1%), pour les huiles (9,2%) et pour le sucre (8,2%), relève-t-il, notant que la baisse des dépenses alimentaires a concerné les ménages ruraux plus que les citadins, particulièrement pour certains produits.

Lire aussi |Confinement : le revenu mensuel moyen en forte baisse (HCP)

Par ailleurs, les baisses les plus fortes ont été enregistrées auprès des 20% des ménages les plus pauvres, parmi lesquels 40,4% ont déclaré avoir réduit leurs dépenses d’acquisition des fruits contre 15,5% parmi les 20% les plus aisés. Pour les autres produits alimentaires, ces proportions sont de 32,8% contre 22% pour les viandes rouges, de 32,2% contre 20,5% pour les poissons, de 28,8% contre 10,8% pour les viandes blanches, de 27,6% contre 7,7% pour les farines et céréales, de 27,3% contre 9,4% pour les légumes, de 25,3% contre 9% pour les légumineuses et de 18,4% contre 8,8% pour le lait et produits laitiers.

Avec MAP

 
Article précédent

Musées : Mehdi Qotbi en France pour relancer la coopération

Article suivant

Aïd Al-Adha/Été : l'ONCF lance un plan spécial