Mines

Projet d’Achmmach : management et administrateurs virés !

Un management viré jusqu’au dernier directeur et un conseil d’administration totalement renouvelé. Ce fait d’armes à l’anglo-saxonne qui risque de donner des frissons, sous nos cieux, à bien de dirigeants d’entreprises qui se croient indéboulonnables et d’administrateurs dont le nombre de mandats est parfois inversement proportionnel à leur réelle valeur ajoutée, était encore totalement inédit au Maroc. Et pourtant, c’est ce qui vient de se produire à la tête de la société minière Kasbah Resources Limited (KRL), une société cotée à la bourse de Sydney et qui ne détient que des actifs au Maroc et à leur tête le projet d’extraction d’étain d’Achmmach (près de Meknès) à travers sa filiale Atlas Tin SAS.


En effet, dans la foulée d’une levée de fonds aussi impérieuse (pour boucler le financement des dernières études techniques préalables au lancement de la construction de la mine) que douloureuse (avec un timing peu favorable au regard du cours de bourse qui a été divisé par huit depuis 2012 !), le nouvel actionnaire Pala Investments a posé des conditions draconiennes. Aussi, outre de solides garanties en contrepartie des cinq millions de dollars (près de 50 millions de DH) qu’il a mis sur la table pour sauver le projet Achmmach, ce fonds d’investissement suisse a imposé une véritable écurie d’Augias avec le remerciement du PDG, du directeur en chef des opérations et du directeur financier, ainsi que le renouvellement de tous les administrateurs de KRL et de presque tous les conseils de ses filiales marocaines (Atlas Tin SAS, Hamada Minerals, Sahara Exploitation et Meseta Exploitation). Le retard accusé dans la concrétisation de ce projet minier initié il y a déjà dix ans y est sans doute pour quelque chose.

Rappelons qu’avec des réserves de minerai estimées à 9,2 millions de tonnes à 0,77% (soit 71.300 tonnes de métal pur), la mine d’Achmmach devra compter au top 10 des mines d’étain au niveau mondial et se hisser au premier rang en Afrique.

 
Article précédent

La production céréalière a atteint 96 millions de quintaux

Article suivant

Il fait l’actu : Mohamed El Azizi, DG de la BAD pour l'Afrique du Nord