AutoAutomobile

PSA au Maroc : une usine pour desservir l’Afrique et le Moyen-Orient

 


Comme nous l’avions annoncé, PSA Peugeot Citroën a signé vendredi dernier un accord avec le gouvernement pour construire au Maroc une nouvelle usine représentant un investissement industriel de 557 millions d’euros, afin d’accélérer l’internationalisation du groupe tout en réduisant ses coûts de production. Sous la Présidence du Souverain, Carlos Tavares, Président du Directoire de PSA Peugeot Citroën et Moulay Hafid Elalamy, Ministre de l’Industrie et du Commerce, ont conclu à Rabat, un accord qui prévoit la construction d’une usine à la Commune Ameur Seflia, dans la Région du Gharb Cherarda Beni Hssen, qui assemblera dés 2019 des moteurs et des véhicules des segments B et C couvrant les besoins de la région et des clients marocains. Cette unité industrielle atteindra une production de 200 000 véhicules et 200 000 moteurs à terme. Ce projet industriel s’appuiera sur le tissu de fournisseurs compétitifs présents au Maroc, qui bénéficieront de la montée en puissance progressive du dispositif industriel, ainsi que sur le développement d’activités d’ingénierie nécessaires au projet, permettant, ainsi, la réalisation d’un taux d’intégration locale de 60% au démarrage du projet et 80% à terme. La performance des fournisseurs locaux d’équipements automobile permettra à ces derniers de bénéficier d’une croissance très significative de leur activité. La stratégie de la région consiste à mettre progressivement en œuvre une capacité de production de véhicules au cœur de la région pour servir les marchés de la région Afrique-Moyen-Orient dont le potentiel est estimé à 8 millions de véhicules à horizon 2025. La région Afrique-Moyen-Orient doit devenir le troisième pilier de croissance rentable de PSA Peugeot Citroën.  Le projet va permettre la création de 4500 emplois directs et 20 000 indirects dans les secteurs de la fourniture de composants et d’ingénierie, générant un milliard d’euros à terme à l’export par la filière.

 
Article précédent

Le Four Seasons d'Anfa Place en retard

Article suivant

Banques participatives : Les premiers agréments pour 2016