Election

Quand les politiques votent

Sur leur 31, décontractés ou tendus, nos hommes et femmes politiques ont accompli leur devoir citoyen. Retour en photos.


Nabila Mounib

Elle a milité pour une participation de son parti au jeu électoral, elle l’assume et donne l’exemple. Secrétaire générale du PSU, Nabila Moubib conduit la liste de la Fédération de la gauche démocratique à Sidi Belyout à Casablanca, où se présente également un certain Moncef Belkhayat. Avec Omar Balafrej, elle aura constitué le duo de stars de la coalisation qui réunit le Parti socialiste unifié (PSU), le Congrès national Ittihadi (CNI) et le Parti de l’Avant-garde démocratique et socialiste (PADS), et depuis peu, le mouvement Clarté Ambition Courage présidé par Balafrej.

 

Yasmina Baddou

Elle semble un peu fatiguée, mais elle veut être à la hauteur des espoirs que Chabat a placé en elle. Candidate et tête de liste de l’Istiqlal dans l’arrondissement d’Anfa, l’ancienne ministre du gouvernement Al Fassi a mené une dure campagne où elle a du faire face à la résurgence des casseroles qu’elle traîne depuis son passage au département de la Santé. « Ce qui ne tue pas rend fort », Yasmina Baddou a fait sienne cet adage pour mener la bataille électorale contre son ancien collègue dans le  gouvernement Al Fassi, un certain Moncef Belkhayat.  

 

Abdelilah Benkirane

Le Chef du gouvernement s’est rendu, comme à l’accoutumée, au bureau de vote des Orangers, pour déposer son bulletin dans les urnes. Sérieux, la mine grave des grands jours, Benkirane se sait attendu à l’issue du vote. Les élections locales du 4 septembre constituent un test électoral important pour son parti et pour la majorité qu’il conduit, après la débâcle, un mois auparavant, lors des élections des Chambres professionnelles où le PJD n’est arrivé que 6ème , (198 sièges) loin derrière le PAM (408 sièges) et l’Istiqlal (351 sièges). Mais cette fois, au vu des enjeux, Benkirane a tenu à sillonner le Maroc pour apporter son soutien aux candidats locaux de son parti, et doit se réjouir de la campagne digitale de haut vol mené par le PJD.

 

Ilyas El Omari

L’homme qui se présente pour la première fois à un mandat électoral ne s’est pas contenté de voter. Homme fort du PAM au niveau national comme dans son fief du nord, le n°2 du parti du tracteur garde un œil vigilant sur la liste des électeurs inscrits sur la liste de son bureau de vote. En cela il ne déroge pas à ses habitudes d’homme à tout faire du PAM. Assuré de remporter les suffrages dans son village de Manoud, rattachée à la commune de Nagou  dans la région d’El Hoceima, c’est au plan régional qu’il sera attendu, puisqu’il est tête de liste du PAM pour la présidence de la région Tanger-Tétouan-El Hoceima.

 

Abdelhamid Chabat

Seul contre tous. C’est ce qui semble avoir été le slogan du secrétaire général de l’Istiqlal lors de la campagne électorale des communales et des régionales. Face aux critiques acerbes de ses adversaires politiques, notamment du PJD dans son fief fassi, et celles plus inquiétantes en interne, Abdelhamid Chabat a mené une campagne tambour battant, briguant un nouveau mandat à la tête du conseil de la ville de Fès. Multipliant les passes d’armes avec Benkirane, l’homme fort de Fès joue gros. Conscient des enjeux, c’est en habit traditionnel qu’il se présente au bureau de vote, comme un clin d’œil aux électeurs de la capitale spirituelle.

 

Karim Ghellab

L’ancien ministre des Transports affiche un grand sourire au moment du vote. Et pourtant il joue gros. Président de l’arrondissement de Sbata lors des communales de 2003, il essuiera depuis deux échecs successifs, celui de la présidence du conseil de la ville de Casablanca, échue finalement Mohamed Sajid et celui de la présidence de l’arrondissement de Sbata en 2009. Il reste tout de même un des grands espoirs de Chabat pour redorer le blason du parti de Allal El Fassi dans la région casablancaise.

 

Mustapha Bakkoury

Le secrétaire général du PAM a voté tôt ce matin, une heure après l’ouverture de son bureau de vote à Rabat. Chef du parti sorti grand vainqueur des élections des membres des chambres professionnelles début août, Bakkoury espère que son parti réitérera le même exploit pour les élections locales du 4 septembre. Faut-il rappeler encore une fois que le PAM a créé la surprise lors des dernières communales de 2009, où il a raflé plus de 20% des sièges en lice, une année seulement après sa création ? 

 

Houcine El Ouardi

C’est avec des grands éclats de rire que le ministre de la Santé a déposé son bulletin dans l’urne. Celui qui mène la dance face aux médecins et aux pharmaciens, et qui a osé fermer Bouya Omar, n’a pas d’ambitions personnelles pour cette échéance électorale. Il a pourtant apporté son soutien aux candidats de son parti, là où sa présence a été jugée nécessaire, du fait notamment de sa forte popularité.

 

Moncef Belkhayat

A l’heure du vote, Moncef Belkhayat prend la pose. Il aura été une des têtes de liste les plus actif de la campagne électorale. Celui qui brigue la présidence de la région de Casablanca pour le compte du RNI, a été en effet omniprésent sur les réseaux sociaux comme personne, ne rechignant pas à tacler ses adversaires, promettant à tout-va. La vérité des urnes sera-t-elle à la hauteur de ses ambitions pour Casablanca ? Ce 4 septembre sera certainement le jour le plus long pour « Khouya » Moncef.   

 

Salaheddine Mezouar

Le ministre des Affaires étrangères, et patron du RNI, arbore un look à la Barak Obama au moment de déposer son bulletin dans l’urne dans un bureau de vote de Casablanca. Membre de l’actuelle majorité gouvernementale, Mezouar est conscient que cette échéance locale est un test qui permettra à son parti de mesurer si son choix d’entrer dans un gouvernement mené par des islamistes a été judicieux comme il l’affirme.

 
Article précédent

Les raisons du gouffre financier de la SAMIR

Article suivant

Le PAM en tête des élections communales et régionales