Business

Que devient Aswak Assalam ?

Pour mieux vendre sa filiale, le groupe Chaabi opère des changements. Détails….


E

n octobre dernier, on parlait dans le secteur de la grande distribution, d’une éventuelle cession de 30% du capital d’Aswak Assalam, la filiale de Ynna Holding (groupe Chaabi), au groupe Saoudien Ben Dawood. Une information que le top management du groupe a confirmé avant de la démentir plus tard. Pourtant, «les négociations sont toujours en cours et elles sont même à un stade avancé», confirme une source proche de Ynna Holding. D’ailleurs, tout porte à croire que Chaabi tente d’améliorer les performances de sa chaîne de distribution «Halal», en vue de mieux vendre le tiers de l’entreprise. Preuve en est, «la filiale la plus riche du groupe», aux dires de Faouzi Chaabi, a enregistré une progression de l’ordre de 12% du chiffre d’affaires en 2012. Il en est de même pour ses parts de marché. Le groupe revendique que ce ratio s’établit à 18% en 2012, «hors cash and carry et hard discount», explique Imad Hamdouna, directeur marketing et communication. En revanche, le panier moyen du groupe reste en dessous de la moyenne du marché. En effet, au moment où ce ratio varie entre 600 DH et 800 DH chez la concurrence, «il est de 160 DH chez Aswak Assalam», ajoute le directeur marketing et communication. Concernant, la stratégie d’extension, la chaîne de grande distribution compte passer à la vitesse supérieure. Et pour cause, durant les cinq prochaines années, elle optera pour un rythme d’ouverture plus accéléré, soit trois magasins par an. L’objectif est de porter à 27 le nombre de ses magasins, contre 12 aujourd’hui. Toutefois pour y arriver, les Chaabi sont appelés à accélérer l’ouverture des trois magasins de Tanger, Rabat et Casablanca, dont la réalisation a été annoncée en 2006. Pour rappel, «le futur magasin de Rabat, qui est le plus avancé parmi les trois, ouvrira ses portes au premier semestre de l’année 2014», confie Abdelkrim Tassine directeur d’exploitation d’Aswak Assalam.  

 
Article précédent

Production audiovisuelle: la SNRT fait marche arrière

Article suivant

Tabac: une session de rattrapage pour les lobbyistes !