Economie

« Quelles perspectives pour l’économie marocaine en 2016 » ?

Selon Mohammed Boussaid,  la loi de Finances 2016 vise à ramener le déficit budgétaire prévisionnel  à 3,5 % du PIB, en se basant sur des hypothèses fixant le taux d’inflation à  1,7 % du PIB, le cours moyen de pétrole à 61 dollars le baril et le cours moyen  du gaz butane à 450 dollars la tonne.


Le ministre a mis en évidence le redressement du déficit budgétaire qui  continue à se résorber passant de 4,9 % du PIB en 2014 à 4,3 % en 2015 et du  déficit commercial qui enregistre un net recul de près 20 % à fin novembre,  grâce à une dynamique remarquable des industries exportatrices et une réduction  de la facture énergétique. Mohammed Boussaid a aussi souligné le niveau record des réserves en devises  couvrant 7 mois d’importations et la progression remarquable des  Investissements directs étrangers (IDE) de 7,7 %. Concernant le déficit du compte courant, Boussaid a fait savoir qu’il  s’est situé à 2 % en 2015 pour atteindre 1,5 % en 2016.
La loi de finances 2016 accorde une place de choix aux secteurs sociaux afin de réduire les disparités sociales et spatiales et créer des emplois décents, a  rappelé le ministre, ajoutant que la LF 2016 consacre également 15,5 milliards de dirhams à la caisse de compensation pour continuer à subventionner le gaz butane et les denrées alimentaires, 45,7 MMDH pour l’école publique, 10  MMDH pour l’enseignement supérieur et 14,3 MMDH pour la santé publique.

 
Article précédent

Un impressionnant incendie embrase une usine à Sidi Bernoussi à Casablanca

Article suivant

Mohamed Adel Bouhaja, Nouveau président de l’union locale de la CGEM Marrakech/Safi