TransportFlash-eco

Rabat : des vélos-taxis changent le visage de la ville des lumières

Rabat, la ville qui brille par son originalité, s’est vue dotée d’un projet de vélos-taxis destinés aux balades touristiques en particulier et au transport de passagers en général. Ces tricycles, qui attirent tous les regards, devraient changer le visage de cette ville et réjouir ses visiteurs et ses habitants grâce à leurs fonctionnalités inédites et assez multiples.


Au nombre de 50, ces vélos tricycles à assistance, dont l’acquisition a nécessité un investissement global de 2,5 millions de dirhams, se positionnent comme étant une alternative des autres moyens de transport, à l’instar notamment des taxis traditionnels et des autobus.

Ces vélos-taxis, dont l’identité marocaine se révèle à travers des motifs traditionnels, serviront à déplacer les usagers dans les ruelles étroites de la médina et à les transporter pour des balades touristiques à l’intérieur de la capitale.

Ce projet aspire également à diversifier les moyens de transport et de mobilité urbaine, promouvoir le transport propre au niveau de la ville ainsi qu’à créer une activité génératrice de revenu au profit de jeunes bénéficiaires en quête d’emploi.

Ce nouveau mode de transport au Maroc apportera une solution adaptée aux problèmes de circulation et de pollution de l’environnement, dans la mesure où les pédales de ces vélos-taxis sont assistées par un moteur électrique, ce qui contribuera à la réduction de la pollution atmosphérique de la ville et à la préservation de l’environnement.

Ce projet écologique s’inscrit dans le cadre des grands chantiers que connait la ville de Rabat, a fait savoir Fatima Gueddari, présidente de l’association « Espace Point de départ pour la promotion de l’entreprise féminine » (ESPOD) au niveau la région Rabat-Salé-Kénitra, ajoutant qu’il encourage aussi à protéger l’environnement, inciter les habitants de la ville à faire usage à des moyens de transport écologiques et à créer des opportunités d’emploi pour les jeunes en quête d’emploi.

Pour sa part, Abdesslam Rabhi, président de la coopérative « Al Anwar » pour le transport écologique et touristique qui a contribué également à l’encadrement des jeunes bénéficiaires, a indiqué que ces derniers ont été choisis selon des critères spécifiques, relevant que ce projet ambitionne, entre autres, d’encourager l’entrepreneuriat, de soutenir les porteurs de diplômes à avoir un revenu stable pour mener à bien leur vie et accompagner la prospérité que connait la capitale.

L’ensemble des bénéficiaires de ce projet ont été unanimes à affirmer que l’épanouissement social s’avère être un des atouts de ce créatif projet. C’est le cas notamment d’Omar, un des bénéficiaires de cette initiative, qui a indiqué que cette dernière se veut une opportunité pour les jeunes d’avoir une activité génératrice de revenu leur permettant de subvenir aux besoins quotidiens, relevant ainsi qu’il a pu bénéficier, entre autres, d’une formation en trois langues à savoir le français, l’anglais et l’espagnol ainsi que d’une autre en techniques de conduite de ces tricycles.

« Notre mission est de faire connaître auprès des touristes les endroits culturels et historiques dont jouit la ville de Rabat, citant notamment la Tour Hassan et la Kasbah des Oudayas, outre l’ancienne médina », a renchéri le vingtenaire.

Au passage dans la ville, un touriste français a salué cette initiative en laMohammed VI

qualifiant d’ »innovante », faisant savoir que ce projet sera en faveur du tourisme du pays, dans la mesure où elle permet aux visiteurs étrangers de mieux connaitre les différents sites emblématiques de la ville.

SM le Roi Mohammed VI avait procédé lundi à la remise symbolique de clefs à des bénéficiaires de vélos-taxis, acquis dans le cadre du projet de transport touristique et écologique dans la ville de Rabat porté par l’INDH.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Ryanair lance son premier vol au départ de Tétouan en avril

Article suivant

Karim Daifliame, directeur général de Point S Maroc : le challenger