Agriculture

Rabat : la vente par adjudication des lièges rapporte 115 MDH

La vente par adjudication des lièges au niveau national, organisée le 14 mars à Rabat, a rapporté une recette de 115 millions de dirhams, dont 92 millions au profit des communes, a indiqué le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification.


Cette vente qui a porté au total sur 118.000 stères, unité de mesure des volumes de stockage de bois de chauffage, dont 103.325 stères de liège de reproduction et 14.283 de liège mâle, a-t-il précisé mardi dans un communiqué.

Elle a rapporté une recette hors taxe de 115 millions de DH dont 92 millions au profit des communes dont relèvent les suberaies objet de la récolte des lièges, soit presque le même niveau que l’année 2018, mais une augmentation de 99% par rapport à l’année 2017.

Cette augmentation des recettes est due surtout à une bonne campagne de récolte caractérisée par des conditions climatiques favorables à la levée de liège, ce qui a permis d’avoir un volume important. Par contre, on a constaté une correction des prix qui sont revenus à leur niveau de 2017, précise-t-on de même source.

Les suberaies marocaines approvisionnent 10 unités industrielles de transformation et de valorisation de liège qui emploient un effectif global de près de mille personnes. La production nationale de liège transformé est destinée à hauteur de 95% au marché extérieur.

En plaine, la période de récolte du liège s’étend en général du 15 mai au 15 juillet, alors qu’en montagne, elle est décalée d’un mois (du 15 juin au 15 août).

Deux semaines avant le début de la récolte, des tests sont réalisés pour s’assurer de la montée de sève. Celle-ci permet en effet un meilleur décollement du liège de l’arbre, et il faut compter entre 8 et 12 ans pour que le liège « repousse » sur l’arbre.

Les forêts de chêne-liège permettent la production de quelque 5.000 tonnes de glands, 8.000 tonnes de bois de feu, 24 millions d’unités fourragères par an ou encore quelque 40 tonnes de truffes blanches et de champignons.

D’après le Haut-commissariat, les activités de récolte de liège, de sylviculture et de conduite des peuplements de chêne liège génèrent annuellement près de 250.000 journées de travail en milieu rural.

Localisées dans les régions du nord (Est et Ouest) du Maroc, les forêts de chêne-liège s’étendent sur 377.000 ha, ce qui représente 6,5% des forêts naturelles du Royaume. Au niveau mondial, le Portugal, l’Espagne, la France et l’Italie concentrent les deux tiers des superficies mondiales de chêne liège, le reste étant partagé entre la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, leader en la matière à l’échelle régionale.

 
Article précédent

Benslimane : une association pour le sport en entreprise est née

Article suivant

50 femmes qui comptent au Maroc : Hajar Bababrik, Marketing & Communication Manager de Jaguar Land Rover