Société

Rabat-Salé-Kénitra va-t-en guerre contre la mendicité et le vagabondage

La Wilaya de la région de Rabat-Salé-Kénitra est plus que jamais décidée à mettre fin à la mendicité et au vagabondage. Pour cela, elle a mis en place un programme préfectoral de lutte contre ces deux phénomènes et un observatoire dédié à ces deux problématiques, en collaboration avec l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH). Aussi, la Wilaya de la région de Rabat-Salé-Kénitra a lancé un numéro vert « 0800000202 », permettant des appels gratuits et mis également à la disposition du public pour informer sur les cas de vagabondage interceptés et garantir l’intervention et l’action rapide des unités mobiles d’assistance sociale.


Parallèlement, les autorités envisagent le recours à la procédure judiciaire réprimant la mendicité « professionnelle », la récidive et le refus d’adhérer aux formules d’insertion proposées ou l’exploitation des enfants et des personnes à besoins spécifiques dans la mendicité.

La Wilaya a aussi mis en place un cadre institutionnel par l’institution du comité préfectoral pour la protection sociale, où siègent les instances élues, les autorités sécuritaires et sociales, ainsi que le tissu associatif actif dans le domaine de lutte contre la précarité. Ce comité veille sur l’amélioration des prestations et des services dispensés au profit des bénéficiaires, dans la perspective d’assurer leur insertion socio-économique, de restaurer leur confiance et de vivre dans la dignité.

A cet égard, le centre Mohammedia pour la protection sociale, sis à la médina de Rabat, joue un rôle primordial dans la mise en œuvre de cette stratégie, dans la mesure où il constitue la première destination de tous les vagabonds ou mendiants interceptés et ramenés par les unités mobiles d’assistance sociale du centre, celles des autorités locales ou de la sûreté nationale ou à l’initiative des associations.

La troisième approche, qui ouvre de nouveaux horizons au profit des bénéficiaires, porte, quant à elle, sur le volet socio-économique, à travers notamment la conception de micro-projets, l’encadrement et le renforcement des capacités, dans le cadre des opportunités d’insertion offertes par l’INDH et les secteurs sociaux y intervenant ainsi qu’en partenariat avec le tissu associatif s’y activant.

S’agissant de la quatrième approche, elle repose sur la mise en œuvre d’un plan de communication pour sensibiliser sur les manifestations négatives y afférentes à travers la mobilisation de la société civile et l’organisation des rencontres et des journées de sensibilisation, ainsi que par le recours aux différents supports médiatiques.

De plus, un observatoire de la problématique de vagabondage et de la mendicité a été mis en place au niveau du centre, projetant à élaborer une base de données socio-économiques concernant les cas de vagabondage et de mendicité identifiés, dans le but de réaliser des études et des recherches et d’orienter les politiques et les interventions pour définir les actions à même de permettre de contenir ce phénomène.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Trump tourne le dos à la plus vaste zone de libre-échange au monde

Article suivant

Les opérateurs marocains à l’Aerospace & Plastics Meetings à Lisbonne