ImmobilierFlash-eco

Rabat : stagnation des prix

Dans la capitale administrative du royaume, les prix de l’immobilier ont chuté. Mais, depuis le début de l’année, le trend reprend légèrement à la hausse. Et cela devrait continuer les mois à venir.


Sans disposer de statistiques officielles, les habitants de Rabat n’ont eu de cesse de rapporter l’information selon laquelle le prix de l’immobilier a chuté. Qu’en est-il exactement ? Pourtant, selon les professionnels de l’immobilier, la tendance générale a été plutôt à la stagnation. Dans le haut de gamme, les tarifs restent importants… De façon générale, Rabat, avec ses programmes neufs de qualité, ne semble pas vraiment touchée par la crise. Dans le marché de seconde main, les prix des appartements ont augmenté de 3,3%, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC). C’est ainsi que sur ce marché de l’occasion, les prix des appartements de standing dans les quartiers du centre-ville et l’Agdal, restent abordables tout de même.

Dans le marché du neuf, cette évolution est également confirmée dans le haut standing dans les quartiers du centre-ville et Hassan, à l’Agdal et à Hay Riad. Le moyen standing s’en sort quant à lui plutôt mieux avec des hausses à l’Agdal et à l’Océan, Diour Jamaâ Kbibates. C’est ainsi qu’au quartier Hassan, le prix du mètre carré varie entre 14.000 DH et 19.000 DH. Dans le Bas-Agdal, les appartements se négocient à partir de 15.000 DH, tandis qu’à Hay Riad et dans le Haut-Agdal, les logements sont proposés entre 19.000 et 23.000 DH/m2. Actuellement à Rabat, à en croire les professionnels, la demande se montre un peu plus dynamique sur les derniers mois. Les professionnels justifient cela par le fait qu’une grande partie des acheteurs qui temporisaient en attendant une baisse des prix se sont décidés à passer à l’action, sans que les tarifs n’aient connu de changements notables. 

Capture d’écran 2017-12-14 à 18.12.23

 
Article précédent

Casablanca : prêt de 172 millions d’euros de la Banque mondiale

Article suivant

Sana Smyej, fondatrice de l’agence « Publikart » : une communicante engagée