Aérien

Rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger : Royal Air Maroc se prépare à assurer les rotations

Le ciel semble se dégager pour les 31 800 Marocains qui, à ce jour, sont toujours bloqués dans certains pays du globe, ne pouvant regagner la mère patrie, faute d’un espace aérien fermé. Selon nos sources, la compagnie aérienne nationale serait en train de mobiliser son personnel navigant et de procéder au redémarrage de sa flotte. Une campagne de rapatriement qui devrait débuter aux alentours du 15 juin prochain.  


Ce qui laisse supposer que cette programmation aérienne liée au retour des concitoyens du Royaume aurait reçu l’aval des autorités, comme l’avait laissé entendre Saâdeddine Elotmani à la Chambre des représentants, s’agissant des plans de rapatriement qui étaient déjà ficelés.

Toujours est-il que ce même rapatriement nécessite une certaine préparation technique et humaine. En effet, voici un peu plus de deux mois que les aéronefs de la RAM liés au transport de passagers sont stationnés sur le tarmac de l’aéroport Mohammed V à Nouaceur. Une immobilisation qui a un coût, certains spécialistes du domaine aérien avançant la somme 50 millions de DH de pertes par jour.

Lire aussi | Rapatriement de 300 Marocains bloqués à Sebta

Du reste, chaque appareil a fait l’objet, comme le veut la procédure en cas d’immobilisation prolongée, de toute la surveillance technique nécessaire. Rappelons que la flotte de Royal Air Maroc s’articule autour de 59 appareils, dont 31 Boeing 737-800, 4 Boeing 787-9 Dreamliner et 5 Boeing 787-800 Dreamliner. Des moyen-courriers et long-courriers qui devraient être à mis à disposition par la compagnie pour rapatrier autant de personnes possible.

Une phase de rapatriement qui laisse entendre par la suite que les vols commerciaux devraient reprendre au sein de la compagnie nationale, selon toute vraisemblance, aux alentours du 1er juillet, notamment en direction de l’Europe. Reste pour la compagnie à se conformer aux règlements qu’édicteront bon nombre de pays en matière de circulation aérienne et d’accessibilité aux infrastructures aéroportuaires.

Lire aussi | Samir Machour : « je doute très fort que l’on puisse avoir un vaccin efficace dans les pharmacies d’ici à fin 2020 »

 
Article précédent

Bourse : une plateforme électronique au profit des étudiants

Article suivant

CGEM : le plan de relance loué par Benchaâboun