Emploi

Rapprochement entre l’ANAPEC et son homologue belge

Le top management d’ACTIRIS, organe d’emploi bruxellois, vient d’effectuer une visite au Maroc à l’invitation de Anas Doukkali, directeur général de l’ANAPEC.


L’objectif principal de cette mission, organisée dans le cadre du programme belgo-marocain de soutien à l’entreprenariat féminin Min Ajliki, était de découvrir de près les activités de l’ANAPEC tant sur le volet du salariat que celui de l’entreprenariat, mais aussi le rôle de l’ANAPEC dans la création de dynamiques territoriales.

En plus des réunions avec le top management de l’ANAPEC, la délégation a été reçue par le ministre de l’Emploi et des Affaires Sociales qui leur a présenté les grandes lignes de la stratégie de l’emploi du Maroc qui s’appuie, entres autres, sur le rôle de la région dans le développement de l’emploi et la création d’entreprises. C’est dans ce sens que la délégation a rencontré le président du Conseil de la région de Rabat afin d’échanger autour de la place qu’accorde la région aux sujets de l’emploi.

Après ces rencontres institutionnelles, la délégation a rencontré trois entreprises clientes de l’ANAPEC, l’occasion de mesurer la mise en œuvre des offres de services de l’agence en direction des employeurs.

Au cours de cette mission, la délégation a rendu visite aux activités du programme Min Ajliki à travers une rencontre avec les responsables de l’ENCG de Tanger et la présidente régionale de l’AFEM Nord. La rencontre s’est soldée par la visite de l’incubateur mis en place par l’APEFE (Association pour la Promotion de l’Éducation et de la Formation à l’Étranger) Wallonie Bruxelles, dans le cadre de son programme Min Ajliki, ainsi que des entrevues avec les jeunes porteuses de projets bénéficiaires de l’incubateur et de l’accompagnement du programme. Les deux parties, l’ANAPEC et ACTIRIS, ont décidé de signer dans les plus brefs délais une lettre d’entente qui lancera les jalons d’une convention de partenariat au cours de la réunion de clôture et ce après l’identification des pistes de collaboration.

Pour rappel, l’APEFE est un centre d’expertise de coopération internationale belge qui a été fondé en février 1976 et est présent dans 14 pays. Elle inscrit son action de renforcement des capacités dans une logique de partenariats et de réseaux qui garantit la qualité d’une assistance scientifique et technique de pointe.

Quant à Min Ajliki, c’est un programme belgo-marocain de soutien à l’entreprenariat féminin au Maroc (lancé en 2013) est mis en place par l’APEFE Wallonie – Bruxelles et financé par la Coopération belge au Développement. L’objectif du programme est de contribuer à l’amélioration quantitative et qualitative de l’entreprenariat féminin au Maroc, en mettant en œuvre des actions de sensibilisation, de formation, d’accompagnement pré et post création, d’incubation et de mentorat.

 
Article précédent

Il fait l’actu : Rachid Mohammadi, nouveau directeur général délégué de la SNEP

Article suivant

SIEL 2017 : 702 éditeurs exposeront 100.000 titres