Tribune et Débats

Recruter et fidéliser les jeunes talents, un défi pour les entreprises [Tribune]

L’incertitude économique règne aujourd’hui. Toutefois, en dépit du chômage et des difficultés liées à la crise actuelle, il apparaît de plus en plus difficile pour les entreprises d’attirer, de recruter et de conserver les jeunes talents dans l’entreprise. Kevin Gormand, CEO et co-fondateur de Mubawab, partage ici quelques conseils pour être une marque attirante pour un jeune de la génération Y ou Z et limiter le turn-over des jeunes dans son entreprise.


L’environnement de travail : un aspect primordial

Évidemment, la première chose que les potentiels candidats voient lorsqu’ils consultent une offre, c’est la rémunération. Cependant, les jeunes sont aussi très sensibles à l’environnement de travail. Locaux agréables, ambiance décontractée et méthodologie de travail sont des aspects sur lesquels ils sont vigilants. Ils sont très exigeants sur l’organisation du travail et la façon dont les technologies vont la faciliter, mais aussi sur la marque employeur.  Autre notion clé : l’identité de l’entreprise. Il faut s’assurer d’être en phase avec les valeurs fondamentales de la jeune génération et c’est l’une des raisons pour lesquelles les entreprises ont autant capitalisé sur la RSE ces dernières années.

Lire aussi | Un divorce consommé

Une fois les candidats embauchés, les efforts de l’entreprise ne doivent pas se relâcher. Il est important de faire un suivi régulier et de mettre en place un système d’évaluation. Il faut leur indiquer où il est possible de les emmener afin qu’ils puissent se projeter à travers un plan de carrière.
En outre, avec la crise sanitaire actuelle, la capacité à montrer de l’empathie et à comprendre les défis et inquiétudes de chaque travailleur ainsi que la capacité à reconnaître et considérer les risques quotidiens que prennent les employés sont cruciales.

Développer les collaborateurs pour les fidéliser

De nos jours, nous ne passons plus toute notre vie dans une seule et même entreprise. Nous devons donc accepter de « développer » nos jeunes recrues, même si l’on ignore combien de temps on les gardera. Il faut ainsi s’appuyer sur les formations et la montée en compétence professionnelle des collaborateurs pour les attirer et les retenir. Les formations ont, en effet, une réelle plus-value avec un important impact sur la motivation et la productivité. Dans le contexte actuel et dans des marchés en constante mutation, une formation continue apparaît comme nécessaire voire indispensable. Pour retenir les jeunes recrues, en parallèle des formations, il faut aussi miser sur la qualité du management de proximité, en partant du principe que ce que souhaitent les jeunes recrutés, c’est avant tout se sentir bien, entourés de personnes inspirantes, mais aussi transparentes. Ils attendent de l’autonomie dans la prise d’initiatives et des responsabilités.
Enfin, il est important de mettre en place des enquêtes pour les sonder autour de la qualité de vie et de leur bien-être au travail.

Lire aussi | Coronavirus : soutien logistique « substantiel » pour Casablanca

De la flexibilité au travail

Pour la jeune génération, la flexibilité est un critère déterminant dans la recherche d’un emploi, et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est primordial. En d’autres termes, si une entreprise propose une politique flexible à ses employés, il y a des chances qu’ils aient envie de rester.
L’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est, en effet, l’un des enjeux les plus importants pour les nouvelles générations. De plus, le Covid-19 a eu l’avantage de montrer aux entreprises – encore frileuses pour la plupart – que le télétravail était une pratique simple à mettre en place, grandement facilitée par le digital et les nouvelles technologies. Bien sûr, le télétravail n’est pas toujours envisageable selon le type de poste ou de secteur, mais il est souvent possible de donner un peu plus de latitude à ses salariés pour gérer leurs horaires et les aider à trouver un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle.

En conclusion, environnement de travail favorable, formations et flexibilité sont autant de critères pour développer l’attraction, la fidélisation et l’engagement des jeunes talents qui sont de plus en plus le cœur de la main d’œuvre pour toutes les entreprises.

Kevin Gormand, CEO de Mubawab

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Al Moukawil » de MFM Radio

Article suivant

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, mardi 8 septembre