Développement

Réduction des disparités territoriales : 22,45 milliards de DH mobilisés en trois ans

Une enveloppe de 22,45 de milliards de DH a été mobilisée dans le cadre du programme de réduction des disparités territoriales et sociales en milieu rural au titre des plans d’action 2017, 2018 et 2019, dont 6,80 milliards cette année, a indiqué mardi le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit.


Lancé en 2017 pour un investissement de 49,94 milliards de DH, ce programme vise à désenclaver les zones rurales et de montagne, à généraliser l’accès aux services de base dans 29.000 douars situés dans 1272 collectivités, et en valoriser le potentiel économique, a précisé Laftit qui présentait le budget du ministère devant la Commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants.

Selon le ministre, l’accent est mis sur l’accompagnement des collectivités concernées dans la mise en œuvre des programmes de développement par le biais de programmes de mise à niveau des villes et centres urbains réalisés dans le cadre de plans d’action sur plusieurs années.

Lire aussi : Vidéo. CRI : lancement imminent de la nouvelle génération

Le ministère, a-t-il rappelé, a examiné et approuvé 11 conventions de partenariat d’un montant de 1,056 milliards de DH, dont une contribution de ce département à hauteur de 260 millions de DH au profit d’un certain nombre de collectivités territoriales.

S’agissant des programmes de développement intégré des trois régions du sud du Royaume (2016-2021), le ministère de l’Intérieur a alloué près de 1570 millions de DH dans le cadre de ses engagements contractuels en vertu des contrats-programmes au titre de 2019. Depuis le début de ce programme, a-t-il relevé, 70 projets ont été réalisés alors que 291 autres sont en cours de mise en œuvre. Le nombre de projets en phase de lancement sont au nombre de 345, a-t-il précisé.

 
Article précédent

Le français Mabéo Industries s’implante au Maroc

Article suivant

Chami : "Il faut augmenter l’impôt sur les richesses non productives"