International

Référendum en Turquie : succès étriqué et contesté pour Erdogan

Recep Tayyip Erdogan a clamé victoire au référendum sur l’élargissement de ses pouvoirs présidentiels, dimanche 16 avril 2017, saluant la « réforme la plus importante de l’histoire de la Turquie », bien que les résultats encore officieux soient remis en cause par une partie de l’opposition.


Selon le président, vingt-cinq millions de Turcs, soit 51,5% des votants (près de 55 millions étaient appelés aux urnes), se sont prononcés en faveur des dix-huit amendements devant lui permettre de concentrer entre ses mains l’essentiel du pouvoir exécutif et de rester, s’il le souhaite, au pouvoir au moins jusqu’en 2029. La réforme constitutionnelle prévoit notamment la suppression du poste de premier ministre et la possibilité pour le président de dissoudre le Parlement et de prendre certains décrets.

Cette victoire à l’arrachée, loin du succès éclatant qu’espérait le parti islamo-conservateur de l’AKP, a été immédiatement célébrée par des milliers de partisans du président dans les rues d’Ankara et d’Istanbul, des drapeaux à la main.

« Le pays a pris une décision historique », s’est félicité le chef de l’État devant sa résidence d’Istanbul, en insistant sur le rôle « décisif » du vote des Turcs de l’étranger. « Pour la première fois dans l’histoire de la République, nous changeons notre système de gouvernement par la politique citoyenne », a-t-il déclaré en référence aux coups d’État militaires qui ont émaillé l’histoire de la Turquie. « C’est pourquoi c’est très important », a-t-il ajouté.

Le principal parti d’opposition, le CHP (Parti Républicain du Peuple, laïque), a dénoncé la décision de dernière minute de la commission électorale (YSK) de considérer comme valides, « jusqu’à preuve du contraire », les bulletins qui n’ont pas été tamponnés par les scrutateurs. Son président, Kemal Kilicdaroglu, a reproché à la commission d’avoir rendu le vote « controversé » et a mis en question la « légitimité » du scrutin. Le CHP a en outre annoncé qu’il allait demander un nouveau décompte de jusqu’à 60% des bulletins en dénonçant des « actes illégaux » au bénéfice du camp du « oui ». Le président de la commission électorale, Sadi Guven, a confirmé dans la soirée la victoire du « oui » et a promis des résultats officiels dans une douzaine de jours.

Dans certains quartiers d’Istanbul, des manifestants ont protesté dans la rue tandis que d’autres faisaient entendre depuis chez eux des concerts de casseroles, reprenant les gestes des grandes manifestations anti-Erdogan de 2013. Dans la quartier de Besiktas, à Istanbul, plus de 300 manifestants ont bloqué la circulation d’une artère principale. A Ankara, des heurts ont éclaté entre partisans de l’AKP et opposants, à proximité du siège du parti.

« Tout le monde devrait respecter la décision de notre nation, en particulier nos alliés », a insisté Recep Tayyip Erdogan, alors que la campagne électorale a fortement dégradé les relations entre la Turquie et plusieurs pays européens, Allemagne et Pays-Bas en tête. Sans se prononcer sur le résultat du vote, la Commission européenne comme le Conseil européen ont appelé dimanche 16 avril 2017 soir Ankara à chercher un « consensus national le plus large possible » et à « considérer les prochaines étapes avec prudence ». L’organe exécutif de l’Union Européenne a pris note des résultats et attend le rapport des observateur internationaux « par rapport aux irrégularités évoquées » , précise notamment son président, Jean-Claude Juncker.

 
Article précédent

L'ANAPEC lance la semaine emploi pour l’étudiant

Article suivant

La CGEM et Millenium Challenge Corporation créent une taskforce