Flash-ecoPolitique monétaire

Réforme du régime de change : Jouahri appelle toutes les parties prenantes à une concertation

Bank Al-Maghrib a tenu son dernier conseil de l’année 2017 le 19 décembre 2017, pour analyser la situation économique et monétaire du pays. Ainsi, la principale décision de cette réunion concerne le taux directeur de la Banque centrale qui a été maintenu inchangé à 2,25%. De même, le Conseil a noté que la tendance baissière de l’inflation au cours des premiers mois de l’année s’est inversée depuis le mois d’août, résultat en grande partie de l’atténuation du recul des prix des produits alimentaires à prix volatils. « L’inflation devrait terminer l’année sur une moyenne de 0,7%, après 1,6% en 2016, tandis que sa composante sous-jacente, qui mesure la tendance fondamentale des prix, accélérerait de 0,8% à 1,3%. A moyen terme, l’inflation augmenterait tout en restant à des niveaux modérés. Elle s’établirait à 1,5% en 2018 et à 1,6% en 2019. L’inflation sous-jacente devrait, sous l’effet de la consolidation de la demande intérieure et de l’accroissement de l’inflation importée, s’inscrire également dans un mouvement haussier pour atteindre 1,5% en 2018 et 1,9% en 2019 », a fait remarquer Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib.


Toujours pas de calendrier sur la réforme
Selon la Banque centrale, la croissance s’est établie à 4,2% au deuxième trimestre, portée par une bonne campagne agricole et devrait ressortir pour l’ensemble de l’année à 4,1%, avec un rebond de 14,7% de la valeur ajoutée agricole, après un recul de 12,8% en 2016, et une amélioration de 2,2% à 2,7% pour celle des activités non agricoles. En ce qui concerne le marché de l’emploi, les données du troisième trimestre montrent une relative amélioration de la situation par rapport au même trimestre de 2016, avec une création de 89.000 emplois dont plus de la moitié dans le secteur agricole, note-t-on.

Verbatim
À quand la réforme du régime de change ?
Le FMI soutient cette réforme et a estimé qu’avec toutes les autres réformes que le gouvernement entreprend, la réforme du régime de change ne pourrait qu’être utile pour appuyer la compétitivité de l’économie marocaine. Avec l’Office des changes, nous avons travaillé sur les outils de couverture et nous avons élargi la palette de ces outils de couverture pour permettre aux différents opérateurs d’avoir un large choix de couverture. Nous avons tout fait pour qu’il n’y ait pas d’incompréhension et qu’il n’y ait pas de double langage. Cependant, la décision politique sur ce dossier appartient au gouvernement. Pour la date, il appartient au gouvernement de la fixer. Nous devons nous concerter pour partir, une fois pour toutes, sur un bon pied.

Reconstitution du butoir TVA
Le FMI a soulevé ce problème, et moi-même, quand j’étais à Washington récemment j’ai pratiquement négocié avec le FMI sur la question en disant que je ne comprends pas comment on peut soulever ce problème maintenant, alors que c’est un problème qui a traîné depuis des décennies. La TVA a été introduite depuis 1984 et donc ce butoir a joué depuis les années 80. Nous voulons évoluer selon les normes internationales et présenter l’endettement public de manière consolidée. Le FMI a accepté le raisonnement. Maintenant, ils sont en train de terminer l’examen de l’étude de la consolidation et ces points-là ont été introduits dans le cadre de cette approche technique. Maintenant, ce que j’ai dit ici, c’est que nous pouvons trouver d’autres techniques pour répondre à ce problème pour que le système ne soit pas récurrent.

Un probable départ à la retraite en 2018 ?
Durant ma carrière professionnelle de 55 ans, je n’ai jamais pensé un seul instant à la question de mon départ. C’est une chose qui ne dépend pas de moi. La nomination et le départ sont du ressort de SM le roi, ce sont des décisions revenant au souverain.

Paiement mobile : à quand le déploiement ?
Conformément à notre timing, le paiement mobile devrait être lancé au cours de l’année 2018. Je suis optimiste pour 2018 parce que le principe d’interopérabilité a été accepté. Nous avons adopté la méthodologie participative en vue de faire aboutir ce chantier. Nous sommes en train d’avancer positivement sur les différentes options. Notre timing est de pouvoir lancer le paiement mobile en 2018. Mais quand exactement ? Tout dépendra de l’évolution du chantier.

 
Article précédent

Les centres régionaux d’Investissement : le renouveau attendu

Article suivant

Croissance de 6,2% de la masse monétaire