Education

Région MENA. 7 universités marocaines dans le classement 2021 des meilleures institutions

Cette année, 7 universités marocaines figurent dans le QS Arab Region University Rankings 2021. QS University Rankings est un classement annuel des meilleures universités dans le monde.


Dans ce classement 2021 pour la région Arabe (MENA), on note la présence de 7 universités marocaines. Ainsi, l’Université Cadi Ayyad de Marrakech se hisse dans le top 100 en prenant la 94ème place du classement (la mieux classée des universités marocaines). La deuxième université marocaine qui vient après Cadi Ayyad est Al Akhawayn (Ifrane), qui figure à la 101ème place.

Lire aussi | Joey Hood, Secrétaire d’État adjoint américain pour le Proche-Orient : « La position américaine sur le Sahara reste inchangée »

L’Université Hassan II de Casablanca figure à la 108ème place. Elle est suivie de l’Université Mohammed V de Rabat (109ème). L’Université Ibn Tofail de Kénitra se positionne pour sa part à la 130ème place du classement, suivie de l’Université Mohammed 1er de Oudja (150ème place). L’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès se positionne à la 151ème place du classement. Notons que ce classement a porté sur 14 pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA). Le pays ayant le plus d’universités présentes dans ce classement est l’Égypte, avec 31 entités universitaires.

Lire aussi | L’Américain Raytheon Technologies va fournir des moteurs d’avions de chasse au Maroc

L’Égypte est suivie de l’Arabie saoudite avec 22 universités. Par ailleurs, notons que la majeure partie des universités représentées dans ce classement sont des universités de science et de technologie. Force est de remarquer que toutes les universités figurant dans le top 10 de ce classement se trouvent au Moyen-Orient, alors que celles de l’Afrique du Nord sont pour la plupart en queue de peloton.

 
Article précédent

Israël, Afrique et Libye : les atouts de la politique étrangère du Maroc [The Brookings Institute]

Article suivant

Blédina alerte sur l’importance des 1000 premiers jours du bébé