Automobile

Renault Koleos, un colosse aux pieds agiles

Pour cette deuxième génération de Koleos, les designers maison ont repris les codes du style Renault des dernières productions avec une silhouette au style puissant très personnelle et plutôt réussie. Présentant d’indéniables qualités dynamiques, une présentation intérieure flatteuse et surtout un confort de haut niveau, ce Koleos, essayé sur les routes finlandaises, s’est avéré très convaincant.


Oublier la première version sortie en 2008 dont le style passe partout et sans relief l’avait définitivement exclu du succès du segment des SUV naissant. Avec cette nouvelle mouture de 4,67 m, on change de registre pour entrer de plain-pied dans le segment D des grands SUV. Côté silhouette, le Kadjar est passé par là. On retrouve donc tous les éléments stylistiques des Renault de l’ère van der Acker à commencer par la face avant qui rappelle la Talisman et la signature lumineuse caractéristique avec les feux de jour à LED en forme de C et les optiques très étirés à l’arrière comme sur la dernière Mégane. Si l’ensemble présente des formes douces et élancées, les porte-à-faux courts, le capot bombé et les ailes renflées, à l’avant comme à l’arrière, lui donnent puissance et muscle, ce qui sied bien à ce type de véhicule. Le travail sur les flancs, la baguette chromée sur les ailes avant et les fausses aérations sur les portières achèvent de souligner subtilement le côté premium.

Strict cinq places
Reposant sur la même plate-forme CMF que son cousin X-trail avec un empattement de 2705 mm gage d’habitabilité, il ne dispose que de cinq places, histoire de soigner le confort des passagers. Le volume du coffre est très correct puisqu’il offre de 624 à 1 690 litres. Cette absence de troisième rangée de sièges a surtout permis de dessiner une silhouette plus élégante avec une lunette arrière moins verticale, mieux en phase avec ce que font les constructeurs premium. Un choix propre à Renault dans un segment où tous ses concurrents, Volkswagen Tiguan Allspace, Nissan X-Trail, Skoda Kodiaq, Peugeot 5008, Kia Sorento offrent sept places. Le Grand Scenic et l’Espace sont là pour y remédier, nous a-t-on précisé chez Renault.
Bien campé sur ses roues de 18 pouces en Intens, voire surtout de 19 dans sa version haut de gamme Initiale Paris, et disposant d’une garde au sol très haute pour un SUV (210 mm) avec un angle d’attaque (26°) de vrai franchisseur (l’angle de fuite de 19° restant toutefois très correct), le Koleos en impose. Un design réussi donc pour le dernier-né des SUV de la marque au losange et qui évite de tomber, force est de le reconnaitre, dans l’écueil de l’exagération et du tape à l’œil.

Un habitacle lumineux et bien fini
Les bonnes impressions se poursuivent dès que l’on monte à bord, avec un accès facilité par des angles d’ouvertures de portes assez exceptionnels de 70 ° à l’avant et de 77° à l’arrière. Le ramage est à la hauteur du plumage avec une planche de bord moderne et bien dans l’esprit baroudeur, notamment à la vue des deux poignées de maintien gainées de cuir situées à la base de la console centrale et qui rejoignent la planche de bord. Pour le reste, on retrouve une ergonomie bien pensée avec un écran central comme sur le reste de la gamme dans un format vertical de 8,7 pouces et un bloc compteur avec une instrumentation numérique claire et agréable.

L’ensemble reste flatteur et présente une finition soignée : matériaux de qualité, précision des ajustages, nombreux plastiques moussés, surpiqure sur la planche de bord. L’ambiance se veut chic et l’énorme toit ouvrant vitré de 1 m2 apporte beaucoup de lumière, participant au confort général et à l’aspect douillet de cet habitacle cossu. Ajoutez des équipements dignes d’un haut de gamme du segment D avec, en finition Intens, des sièges électriques chauffants revêtus de cuir/tissu, des projecteurs full LED, le système multimédia R-Link 2, une caméra de recul. La version Initiale Paris propose en plus une sono Bose et ses 12 haut-parleurs, de sièges chauffants et ventilés recouverts d’une sellerie cuir bicolore Nappa et du pack City avec hayon motorisé et assistance au stationnement. L’insonorisation poussée, les portes autoclaves qui protègent de toutes salissures, la ventilation avec un pare-brise chauffant et l’absence de bruit de roulement, font du nouveau Koleos un véhicule particulièrement silencieux et très agréable à conduire.

Le dossier de presse nous apprend que le Koleos est fabriqué à Busan en Corée du Sud. Est-ce la raison de ce niveau de finition pas encore tout à fait réellement prémium, même dans sa version Initiale Paris, mais sans aucun doute parmi ce qui se fait de mieux actuellement dans la production de Renault. Sinon le mieux, la qualité perçue étant supérieure à la Talisman. Ce gros SUV reste également très sûr avec de nombreuses aides à la conduite: régulateur/limiteur de vitesse, alerte de franchissement de ligne, reconnaissance des panneaux de signalisation, avertisseur d’angles morts…

Deux blocs Diesel
Coté motorisation, seuls deux blocs Diesel sont disponibles sur le Koleos 2. Il s’agit du 1,6 dCi 130 ch, fort de 320 Nm de couple à 2 000 tr/min transmis aux roues avant via une boîte de vitesses mécanique à six rapports aux débattements courts et aux verrouillages précis, très agréable à l’usage. Tant mieux car avec une masse de 1 540 kg, il faut souvent relancer ce gros bébé. L’autre moteur est le 2,0 dCi 175 ch puissant et coupleux (380 Nm) mais un peu bruyant, sa conception remontant maintenant à 10 ans. Il a fort à faire avec un poids qui prend encore 100 kg dans cette version 4×2 Initiale Paris. Il est accouplé à une boite X-Tronic à variation continue d’origine Nissan et non de l’EDC à double embrayage signée Renault. Douce, relativement lente, cette CVT n’a pas la réactivité d’un double embrayage mais convient bien à la conduite du Koleos.
Sur les routes finlandaises, faites de bitume et de terres, le châssis du Koleos s’est montré très convaincant: les suspensions absorbent toutes les inégalités et si l’amortissement favorise le moelleux, ce n’est jamais au détriment de la précision même si sa hauteur lui fait prendre un peu de roulis à conduite soutenue. Le Koleos ne se désunit jamais, son freinage est puissant et son empattement long lui permet un bel équilibre général tandis que sa direction bien calibrée rassure. Disponible au Maroc à l’automne dans une fourchette de prix comprise entre 320 000 et 450 000 DH, le grand SUV de Renault ne manque pas d’allure face à la concurrence et compte sur son excellent confort et son équipement généreux pour séduire une clientèle familiale.

 
Article précédent

Elle a la fibre entrepreneuriale

Article suivant

Il fait l’actu : Driss Guerraoui, nouveau membre de l’Académie des Sciences du Portugal