Enseignement supérieur

Le groupe Edukateam prépare une ouverture de capital

Le groupe d’enseignement supérieur Edukateam restructure son organisation juridique. Les actionnaires historiques viennent d’apporter tous leurs titres dans les structures opérationnelles à une nouvelle holding faîtière récemment créée.


Cette restructuration juridique vise à apporter une meilleure lisibilité de la structure actionnariale de ce groupe fondé depuis les années 1970 par Tayeb Rhafes, l’ancien ministre RNI des Pêches maritimes (2002-2004) et ex-président de la Commune Ras Asfour dans l’Oriental. Pionnier dans les formations initiales et continues, Educateam est spécialisées dans les métiers financiers et fait partie des premiers acteurs privés marocains de l’enseignement supérieur, avec plus de 2.000 professionnels et étudiants inscrits en 2018 dans ses programmes de formation diplômante, à travers plus de 10 centres et régions au Maroc.

Lire aussi : Total Maroc renforce son partenariat avec l’enseignement supérieur

L’opération a touché toutes les actions détenues par les membres de la famille Rhafes dans le Centre de Formation de la Profession d’Assurance (CFPA), le Centre International de Formation de la Profession Bancaire (CIFPB), HBF Training Privé, l’Institut des Hautes Etudes Bancaires Financières et Managériales (HBFA), ainsi que le seul établissement du groupe situé à Oujda (berceau familial des Rhafes) l’Institut des Hautes Etudes Bancaires et Financières.

Selon des sources proches du dossier, cette réorganisation serait le prélude à une opération stratégique d’ouverture du capital au niveau de la nouvelle holding. Il faut dire que ces dernières années, plusieurs concurrents du groupe Edukateam ont noué des partenariats capitalistiques, soit avec des fonds d’investissement (de plus en plus affriolés par les perspectives du secteur), soit avec des opérateurs internationaux dans le domaine de l’enseignement, à l’image du groupe HEM (vendu en majorité au canadien LCI Education), du groupe EMSI (qui a rejoint le réseau Honoris United Universities détenu par le fonds britannique Actis), ou encore de l’Université Privée de Marrakech dont l’aventure a été rejointe par pas moins de trois acteurs du capital investissement (Meditterania, DPI et Helios).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Aid Al Adha : les prix des moutons ne devraient pas dépasser 50 DH le kilo

Article suivant

Coca-Cola présente son plan pour l’été 2019