International

Réponse négative de Doha, Riyad maintient ses sanctions

Riyad et ses alliés ont déploré, mercredi 05 juillet 2017 à l’issue d’une réunion au Caire, la « réponse négative » du Qatar à leurs conditions pour mettre fin à la crise dans le Golfe et annoncé le maintien de leurs sanctions contre Doha.


L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et l’Égypte ont rompu il y a un mois avec ce petit émirat riche en gaz, qu’ils accusent de soutenir « le terrorisme » et d’entretenir des relations trop étroites avec l’Iran, grand rival de Riyad au Moyen-Orient. Ils ont imposé à Doha des sanctions économiques ; l’Arabie saoudite fermant sa frontière terrestre avec le Qatar, la seule de l’émirat.

Pour mettre fin à ce bras de fer, les quatre pays avaient adressé au Qatar une liste de 13 demandes, réclamant entre autres la fermeture d’une base militaire turque et de la télévision Al-Jazeera, qu’ils jugent trop agressive, et de réduire ses relations avec l’Iran.

Le Qatar, qui a rejeté les accusations de terrorisme, avait jugé mardi 04 juillet 2017 cette liste « irréaliste et irrecevable ». Il avait répondu à ces exigences lundi 03 juillet 2017 dans un message au Koweït, qui joue le rôle de médiateur. Le secrétaire général adjoint de l’ONU aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, est d’ailleurs au Koweït pour « discuter avec un large éventail d’interlocuteurs de cette crise et d’autres conflits », selon un porte-parole des Nations unies. Il se rendra cette semaine à Doha.

Au Caire, les chefs de la diplomatie saoudienne, égyptienne, émiratie et bahreïnie ont exprimé « leur regret face à la réponse négative du Qatar ». Cela « reflète un manque de compréhension de la gravité de la situation », a martelé le ministre égyptien des Affaires Étrangères, Sameh Choukri, en conférence de presse. Selon lui, les quatre ministres ont convenu de « tenir leur prochaine réunion à Manama », capitale du Bahreïn, à une date non précisée. Le ministre saoudien des Affaires Étrangères, Adel al-Jubeir, a lui affirmé que les sanctions contre le Qatar seraient maintenues et a prévenu que d’autres mesures pourraient suivre. Le « boycott » de Doha va « se poursuivre » et « nous prendrons des mesures au moment approprié », a-t-il dit. Sur Twitter, le ministre d’État émirati aux Affaires Étrangères, Anwar Gargash, a prédit que la crise allait « durer et nuire au Qatar ». « Les prochaines étapes vont consolider l’isolement du Qatar », a-t-il ajouté, soulignant que la réunion du Caire marquait « le début d’un processus difficile mais nécessaire afin de sauver le Qatar de ses illusions et de ses erreurs ».

Avant la réunion du Caire, le chef de la diplomatie du Qatar, Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani, avait déclaré à Londres que son pays était prêt « à s’engager dans un processus de négociations, dans un cadre clair qui garantisse sa souveraineté ». Mais il avait aussi dénoncé les sanctions contre Doha comme « une agression évidente et une insulte à tous les traités internationaux ».

Pour sa part, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé, dans un entretien avec le président américain Donald Trump, à « des négociations constructives entre toutes les parties pour résoudre le différend ». Selon l’agence officielle koweïtienne KUNA, le secrétaire d’État américain Rex Tillerson a par ailleurs appelé mercredi 04 juillet 2017 l’émir du Koweït, Cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, pour l’assurer « du soutien des États-Unis dans ses efforts » de médiation entre ses voisins du Golfe. Plusieurs pays ainsi que le Conseil de sécurité de l’ONU ont appelé au dialogue pour résoudre cette crise dans un Moyen-Orient, déjà agité par de nombreux conflits. « Nous sommes heureux de l’engagement du (secrétaire d’État américain) et des Koweïtiens pour leurs contributions déterminantes. Il s’agit maintenant pour les parties d’entrer dans un processus de négociation », a ainsi indiqué le chef de la diplomatie allemande, Sigmar Gabriel.

Les sanctions imposées à Doha ont contraint le Qatar à se tourner vers l’Iran et la Turquie pour ses besoins en produits alimentaires, importés par voies aérienne ou maritime. Soulignant les « risques économiques et financiers découlant du différend » qui a « peu de chances d’être résolu rapidement », l’agence de notation Moody’s a confirmé la note de crédit du Qatar mais a abaissé sa perspective de « stable » à « négative ».

Malgré les sanctions, le Qatar, premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié (GNL), a annoncé son intention d’augmenter du tiers sa production de gaz, de 77 millions de tonnes à 100 millions de tonnes en 2024. En cas de pression de l’Arabie saoudite et de ses alliés pour empêcher un partenariat avec des compagnies internationales dans ce secteur, le Qatar procédera seul à l’augmentation de la production, a assuré le patron de Qatar Petroleum.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Il fait l’actu : Larbi Alaoui Belrhiti, nouveau DG de Jumia Maroc

Article suivant

New Work Lab : Wuluj sacrée Startup du mois