Automobile

REPORTAGE : dans les arcanes du centre de recherche de Total

Situé près de Lyon, le Centre de recherche de Solaize nous a ouvert ses portes. L’occasion de comprendre comment les ingénieurs y développent en continu une gamme de produits dont l’excellence participe à la réputation de l’entreprise pétrolière française Total, l’une des plus grosses entreprises du secteur à l’échelle mondiale.


De Total et surtout de Elf dont les deux entités ont fusionné en 1999 pour devenir le quatrième groupe pétrolier mondial, on connaissait déjà la qualité des carburants et des lubrifiants, la recherche pure en compétition avec le développement de carburants spéciaux pour la Formule 1 et les 205 victoires acquises depuis 1969 dont 155 en partenariat avec Renault Sport et enfin, la densité de son réseau avec plus de 4 300 stations-services de par le monde. En revanche, nous n’avions aucune idée de combien cette supermajor française s’est investie dans la recherche et le développement pour la mise au point de carburants et de lubrifiants de pointe. Un rôle dévolu au centre de recherche de Solaize, le centre de recherche de la branche Marketing et Services du groupe Total situé dans les environs de la capitale lyonnaise. Ce dernier dont le sigle CReS correspond au Centre de Recherche de Solaize possède de nombreux ateliers dédiés aux essais moteurs et laboratoires d’analyses, un univers fascinant où les bancs moteurs le disputent aux recherches microscopiques et pour lequel Total Maroc nous avait invités à venir le visiter. Une occasion qui ne pouvait se refuser.

Dès notre arrivée, nous comprenons que la sécurité est une priorité. Plusieurs bâtiments composent le site. Dans la salle où nous sommes briefés, nous enfilons d’abord nos combinaisons blanches, nos lunettes de protection et écoutons les directives du responsable sécurité en cas d’évacuation. Nous commencerons la visite par le laboratoire des analyses. L’analyse des performances des produits sur moteur, l’analyse de la combustion, la modélisation des rejets dans l’air et l’étude des impacts sur l’environnement sont au cœur des travaux menés par le Centre de recherche de Solaize. Il faut dire qu’un moteur encrassé augmente la consommation de carburant et accroît ses émissions de gaz à effet de serre. Ce qu’on ignore souvent pourtant, c’est que cette accumulation de dépôt arrive bien plus vite qu’on ne le croit. Alors, quand nous passons dans le laboratoire de recherche et de formulation des carburants, nous comprenons, en écoutant l’ingénieur chimiste nous expliquer qu’en plus du gasoil de base, on va retrouver des molécules de type détergents, modificateur de friction, anti-oxydant anti-mousse ou améliorant de combustion que l’Excellium dispose de performances qui vont permettre de maintenir toute la ligne carburant propre et assurer la longévité du moteur. Mais pour arriver à cette formule, il aura fallu comprendre comment se passe le processus d’encrassement. Et rien ne vaut des tests moteurs sur bancs. Employant plus de 313 collaborateurs dont 96 ingénieurs, 40 doctorants et 177 techniciens, Solaize leur permet de développer au quotidien leur expertise dans la formulation des carburants et l’analyse moléculaire. Les motoristes et les tribologues (science des frottements) mettent en place, sur les bancs d’essai que nous avons visités, des procédures qui renforcent les connaissances en mécanique des combustions. Total investit près de 100 millions d’euros chaque année dans la R&D dédiée aux carburants et aux lubrifiants automobiles.

 
Article précédent

Le FMI s’inquiète des créances douteuses

Article suivant

Attijariwafa bank consolide ses bénéfices