Bourse

Résultats semestriels : Le top 10 des sociétés les plus déficitaires

Au premier semestre   2015, la  chute de plus d’un tiers de la masse bénéficiaire de la bourse de Casablanca a été portée par dix sociétés cotées. Voici le top 10 des entreprises  les plus déficitaires de la cote.
 
 
1.       Samir : – 3,4 milliards de DH
La Samir, dont l’activité est quasiment à l’arrêt depuis le mois d’août dernier,  est désormais la société la plus déficitaire de la cote casablancaise. Le raffineur marocain  a enregistré  au premier semestre 2015 des pertes de plus de 3,4 milliards de DH contre un bénéfice de 293 millions de DH durant le 1er semestre 2014. Tout un chapelet de facteurs explique cette situation, notamment l’effet de la contribution négative de la variation des stocks due à la baisse du prix du baril de brent et la baisse des ventes de 32% au premier semestre. 
 
2.       Alliances : -384,3 millions de DH
Mauvais semestre pour Alliances.  En annonçant le début de la concrétisation de son plan de restructuration, le promoteur immobilier affiche une perte de 384,3 millions de DH contre un bénéfice de 207 millions de DH au premier semestre 2014. A l’origine de ce déficit, des pertes d’exploitation au sein du pôle Construction qui s’élèvent à 192 millions de DH sans compter le recul de l’activité dans les autres pôles.
 
 
3.       Zellidja : -86,6 millions de DH
La troisième société n’est autre que Zellidja qui continue de souffrir des mauvaises performances de sa filiale de plomb. Ainsi, la société enregistre, au premier semestre 2015, une perte de près de 87 millions de DH contre un bénéfice de 4 millions de DH au premier semestre 2014. Cette situation s’explique par le fait que la holding a provisionné des avances qu’elle a accordées à la société des fonderies de plomb de Zellidja (SPFZ)  dont l’activité est à l’arrêt. 
 
4.       Risma : -74,1 millions de DH
Pâtissant de l’atonie que traverse le secteur touristique depuis début 2015, Risma se classe en quatrième position avec une perte de 74,12 millions de DH par rapport à 23,51 millions de DH au premier semestre 2014. Il faut dire le principal instrument de financement du Groupe Accor Maroc n’a pas été bien servi par la mauvaise météo du tourisme. En effet, Risma a subi la diminution des recettes touristiques de 7%, la contraction des nuitées de 11% et la baisse du taux d’occupation  de 5 points de ses hôtels.
 
 
5.       Stroc Creative Contractor : -40,8 millions de DH
En cinquième position, on retrouve Stroc Creative Contractor. La société de maintenance d’unités industrielles a affiché, au premier semestre 2015, une perte de l’ordre de 40,8 millions de DH contre un bénéfice de 8 millions de DH au premier semestre 2015. En effet, le résultat net de Stroc a été absorbé d’un résultat financier déficitaire de -18 millions de DH. 
 
6.       Snep : -40,6 millions de DH
La Snep se classe à la sixième place avec le même niveau des pertes que Stroc, soit 40,6 millions de DH.  La filiale du groupe Châabi subit de plein fouet la hausse du prix de l’éthylène.
 
7.       Med Paper : -24 millions de DH
Med Paper n’arrive toujours pas à sortir du rouge malgré certaines mesures de protection commerciale. Occupant la septième position, l’entreprise a vu sa perte se renforcer à 24 millions de DH contre 20 millions de DH au premier semestre 2014.
Ce déficit trouve son origine dans la perte d’exploitation qui s’est aggravée en passant de -12 millions de DH à -16 millions de DH.
 
8.       IB Maroc : -14,6 millions de DH
Aussi, IB Maroc a vu ses pertes semestrielles s’alourdir de 10 millions de DH par rapport à la même période de l’année précédente à -14,6 millions de DH pour se positionner à la huitième place. La hausse du dollar a grevé les bénéfices durant ce premier semestre 2015 de 7,5 millions de DH.
 
9.    Fenie Brossette : -9,9 millions de DH
Certes, Fenie Brossette a réduit sa perte semestrielle mais elle n’a pas toujours réussi à sortir du rouge. Avec un déficit de près de 10 millions de DH, Fenie Brossette se hisse à la neuvième position.
 
La société spécialisée dans la vente et la commercialisation d’équipements, de produits et de services pour le bâtiment et l’industrie, fait face depuis 2011 à un ralentissement de la croissance de son activité conjugué à un manque de liquidité.
 
10.  SRM : bénéfice quasi-nul
A la queue du classement, nous pouvons insérer la Société des Réalisations Mécaniques (SRM) qui a affiché un bénéfice quasi-nul de 0,9 millions de DH. Notons que la société a pu passer au vert après une perte de 5,2 millions de DH au premier semestre 2014.
 
Elle est touchée par la conjoncture difficile qui sévit dans le BTP et, par conséquent, ses ventes de biens d’équipements se sont fortement réduites.
 
Comment expliquer ce classement ? Contacté par challenge.ma, Mohamed El Mehdi Chamchati, analyste financier chez la société de bourse M.S.IN a précisé : « C’est un classement exceptionnel pour ce semestre.  Les deux grandes entreprises Samir et Alliances amoindrissement, pour la première fois, fortement les bénéfices de la cote casablancaise. Quant au deuxième semestre, il faut s’attendre à des résultats semblables à ceux-ci, parce que les problèmes que connait le marché actuellement, notamment au niveau de l’activité immobilière et de raffinage, ne se résoudront pas en un semestre ».
Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Observatoire du BTP : Dernière ligne droite

Article suivant

Banques-Assurance : Les DRH africains à portée de main