Interview

« Rien ne change pour Virgin Maroc »

Le groupe Best Financière, détenteur de la licence exclusive pour développer Virgin Megastore
au Maroc, envisage d’ouvrir à termes sept à huit points de vente et réaliser un chiffre
d’affaires de 350 millions de DH dans un horizon de quatre ans. PROPOS RECUEILLIS PAR SALOUA MANSOURI


 Challenge. Virgin Megastore dépose en France son bilan. Qu’estce qui va changer pour Virgin Maroc ?
Younes Bennani. Rien ne change pour Virgin Maroc. En effet, Virgin Maroc possède une licence de Virgin international.

Il s’agit d’une société à capital propre,  n’ayant donc aucune relation capitalistique avec la structure française. Aussi, il n’existe aucun lien de sourcing reliant Virgin Maroc et Virgin France. Virgin Maroc est un business modèle différent du business modèle français. Certes, nous portons la même enseigne, mais notre offre est différente et spécialement adaptée au marché marocain. A l’image des quelques 25 magasins Virgin Mega-store du Moyen Orient, couvrant plusieurs pays arabes ( Liban, Egypte, Emirats Arabe Unis, Jordanie…) Virgin Maroc continue son développement : après le magasin de Casablanca Anfa Place, nous donnons rendez-vous aux Fassis à Borj Fez, le premier centre commercial de référence de la région qui accueillera également un magasin Virgin Megastore.

YOUNES BENNANI Directeur général de Virgin Maroc

C. Vous projetez également de lancer Virgin en février prochain à Anfa Place (Casablanca). Avec la présence de la FNAC au Morocco Mall, ce magasin saura-t-il la concurrencer ? 
Y.B.Le futur Virgin Megastore de Casablanca sera un magasin dans l’esprit de la marque, un magasin dans l’air du temps, bénéficiant des derniers concepts  en termes de mobilier et de merchandising. Ce point de vente d’une surface de 1.500 m2, sera doté en exclusivité  de «corners», des espaces dédiés à une marque spécifique notamment à Apple, Samsung et Yamaha, avec une offre plus large en termes de références produits.
Le circuit d’achat au sein du magasin a été spécialement pensé et conçu avec différents espaces et environnements clairement identifiables, facilitant ainsi le repérage des produits aux clients. Nous offrons à nos clients également des services sur mesure tels que la possibilité de commander des références de produits éditoriaux, disponibles en quelques jours en magasin. Enfin, le point de vente de Casablanca Anfa Place sera situé dans un emplacement privilégié, un futur lieu de vie de proximité pour les Casablancais. Nous sommes convaincus que nous apporterons quelque chose de différent, offrant à nos clients une expérience unique et inoubliable.

 C. Cela fait quelques semaines seulement que vous avez ouvert Virgin à Rabat. Un bref bilan ? 
Y.B. Le magasin a rencontré un grand succès auprès des R’batis. Nous avons eu un trafic important (1.000 à 1.200 clients/jour) pendant l’ouverture, coïncidant avec la période des fêtes. Ce magasin, qui a bénéficié des trois  années d’expérience de Virgin au Maroc et de la relation de confiance que nous avons construite avec nos  fournisseurs étrangers  et locaux, est le fruit de trois années de travail et de réflexion. Il a d’ores et déjà permis de récolter les différentes attentes et suggestions de nos clients et de faire les ajustements nécessaires afin de répondre au mieux à leurs besoins. 

Ces ajustements ont été intégrés également dans le futur point de vente de Casablanca Anfa Place.
C. Quelle est la dépense moyenne d’un client chez Virgin Maroc ?
Y.B. Le panier moyen est aux alentours de 700 DH.
C. Adoptez-vous une politique des prix bien spécifique ?
Y.B. Concernant le département des  produits non éditoriaux (produits électroniques), les prix sont alignés à ceux du marché, avec des promotions fréquentes sur un grand nombre de références existantes sur le marché ou en exclusivité chez nous. Sur ce segment, l’offre locale reste très réduite en termes de références. Ainsi, pour satisfaire nos clients les plus exigeants, nous avons souvent recours à des importations directes lorsqu’il s’agit de nouveautés sur des produits high-tech ou sur les accessoires tendances. En ce qui concerne le département des produits éditoriaux, nous appliquons deux tarifs: un prix blanc, qui correspond  au fond de catalogue et un prix rouge qui est un prix promotionnel appliqué pendant une période donnée sur des produits en promotion ou des nouveautés. 
 
 

 C. Etes-vous satisfait finalement de l’expérience de Virgin au Maroc ? Quel bilan en tirez-vous en termes de chiffre d’affaires, des familles  des produits qui marchent le mieux, du nombre de visiteurs… ?
Y.B. Sur ces deux dernières années, l’activité a connu une forte croissance, avec une progression du chiffre
d’affaires (CA) de l’ordre de 50% d’une année à l’autre. Les familles qui performent le plus en termes de
CA sont la librairie, l’électronique de salon (téléviseurs+ordinateurs) et l’électronique nomade (téléphonie+tablettes+appareils photos), les jeux et consoles vidéos et les accessoires électroniques. Nous avons eu 600.000 visiteurs depuis l’ouverture de Virgin Marrakech, enregistrant une progression de 30% d’une annéeà l’autre. Le nombre de clients a quant à lui connu une progression annuelle de 25%. 

Nous avons vendu 135.000 CD et DVD, 90.000 produits électroniques (accessoires et numérique) et plus de 140.000 livres. Sur le rayon librairie, les livres qui s’écoulent le mieux sont les références de littérature internationale en langue française, suivi par tout le périmètre de la jeunesse. Sur le rayon CD/DVD, les nouveautés en CD et les DVD à petits prix sont les plus demandés. Pour ces deux catégories de produits, il s’agit essentiellement de références internationales. Nous poursuivons le déploiement de notre réseau avec un objectif de CA de l’ordre de 350 millions de DH sur un horizon de quatre ans, atteignant à termes 7 à 8 points de vente.
C. Quand réalisez- vous le plus important de vos affaires ?
Y.B. Les périodes de pic de ventes sont celles de grosses sorties, où l’actualité est importante mais aussi pendant les fêtes de fin d’année et de vacances scolaires. Nous avons principalement deux saisons creuses dans l’année qui correspondent à des périodes faibles en sorties et en nouveautés, notamment durant les mois de mai et août. ■

 

 

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Les exclus des marchés publics? 4/4

Article suivant

Rugbyman, économiste et manager