Pandémie

Rokote Laboratories Finland se rapproche du lancement sur le marché de son vaccin nasal contre le covid-19

Le vaccin est basé sur des recherches menées par l’Université d’Helsinki et l’Université de Finlande orientale. Il tire parti d’une technologie de transfert de gènes cliniquement éprouvée, mise au point sous la tutelle de Seppo Ylä-Herttuala, professeur à l’Université de Finlande orientale. Il déclenche une réponse immunitaire en incitant les cellules nasopharyngées à produire la protéine du virus grâce à un adénovirus porteur sûr contenant une souche d’ADN clonée.


L’administration nasale a été choisie comme méthode d’administration car le coronavirus est transmis par les voies respiratoires. Il a été provisoirement démontré que cette méthode induit une réponse immunitaire plus large que l’administration intramusculaire.

Ylä-Herttuala explique que si les vaccins intramusculaires produisent des anticorps de type immunoglobuline G dans le sang, les vaccins nasaux produisent également des anticorps de type immunoglobuline A qui protègent les muqueuses. « Nous supposons que cela peut également empêcher les personnes qui ont reçu le vaccin de transmettre le virus », a-t-il déclaré.

Lire aussi|L’indice des paradis fiscaux 2021 : les multinationales à la loupe !

Rokote Laboratories discute actuellement avec des investisseurs à propos de la poursuite du développement du vaccin, et prévoit de commencer les essais cliniques dans les prochains mois en Finlande. La technologie commerciale permettant de produire le vaccin est déjà en place à Kuopio, dans le sud-est de la Finlande. Il est dit que le vaccin pourrait contribuer à l’autosuffisance vaccinale et à la sécurité de l’approvisionnement tant en Finlande qu’en Europe.

Lire aussi| Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec 6 autres pays

Ylä-Herttuala, l’un des quatre fondateurs et membres du conseil d’administration de Rokote Laboratories, a souligné que la nécessité de développer des vaccins pour faire face à la pandémie persiste malgré le lancement de campagnes de vaccination, car de nouvelles variantes devraient continuer à provoquer des vagues d’infections. La variante sud-africaine, par exemple, s’est avérée être au moins partiellement résistante aux vaccins utilisés aujourd’hui.

« Même si nous étions en mesure de vacciner l’ensemble de la population, les personnes appartenant à des groupes à risque médical auront toujours besoin de nouveaux vaccins contre les nouvelles variantes », a fait écho Kalle Saksela, professeur de virologie à l’université d’Helsinki.

 
Article précédent

50 femmes qui comptent : Selma Meryem Benslimane, Directrice Qualité & Sécurité de l’Information chez Maroc Telecom

Article suivant

Replay. L’émission « Ach Waqe3 » du mercredi 10 mars 2021