Investissement

Ruée des investisseurs privés vers Drâa-Tafilalet

970 millions de DH d’investissements privés viennent d’être validés par la Commission régionale d’investissement de la région de Drâa-Tafilalet. Ces investissements concernent 14 projets pour une projection de création d’emplois de l’ordre de 420 postes sur toutes les provinces de la région, à savoir Errachidia, Tinghir, Ouarzazate, Zagora et Midelt. C’est ce qui ressort de la réunion présidée mardi dernier par le Wali de la région Drâa-Tafilalet, Gouverneur de la province d’Errachidia, Mohamed Fanid.
Au niveau de la répartition par secteurs, le tourisme arrive en tête de ces projets avec 57%. Ces projets concernent notamment des maisons d’hôtes et des gites ruraux. L’énergie renouvelable y est aussi présente avec le projet d’un parc solaire photovoltaïque d’une capacité de 55 Mégawatts.
La particularité de la région de Drâa-Tafilalet est qu’elle attire les investisseurs étrangers aussi bien pour les petits projets que pour les gros investissements, selon des experts économiques et financiers. D’ailleurs, 35% des porteurs des projets validés par ladite commission sont des Français, des Espagnols ou originaires des pays du Golfe.


Les analystes expliquent cette capacité de mobilisation économique par l’existence d’une stratégie de développement qui donne  l’impulsion nécessaire au secteur privé pour stimuler la confiance en la dynamique économique régionale. Selon la Commission régionale d’investissement, la région de Drâa-Tafilalet est engagée dans le développement durable et entend concilier le dynamisme économique, l’équité sociale et le respect de la nature autour de trois vecteurs de compétence à savoir l’agriculture et terroirs, l’énergie et mines et le tourisme conjugué à la culture créative. C’est ce qui permet à cette région qui regorge de potentialités de capter sa part d’investissements privés malgré les difficultés d’éloignement.

 
Article précédent

Le textilien VFI suspend son investissement projeté au Maroc

Article suivant

Qui est derrière l’offre de rachat de la Samir ?