Interview

S.E.M. LI Li, Ambassadeur de Chine au Maroc : «La guerre commerciale avec les Américains ne nous fait pas peur»

La Chine fait face à l’unilatéralisme américain. Les Etats-Unis d’Amérique accusent la Chine de concurrence déloyale. C’est une véritable «guerre commerciale» qui a été déclenchée. L’Ambassadeur de Chine a accordé à Challenge une interview exclusive pour mettre au clair les causes de cette tension.   


Challenge : Pour les USA, la politique étrangère, et la politique de «coopération» qui en dérive, doivent d’abord être fondées sur la défense des intérêts américains dans le monde (America first !). Avec Trump, cette position est clairement affichée. L’unilatéralisme et le protectionnisme n’en sont que l’expression. Est-il possible dans ce cas, pour la Chine, de trouver un terrain d’entente et de construire des relations de coopération stables et durables avec les USA ?

S.E.M. LI Li : Les offensives commerciales américaines contre la Chine me font penser à “un arroseur arrosé”. Le Président Trump a sans doute remarqué que les États-Unis ne retrouvaient aujourd’hui plus leur grandeur passée, mais il n’a pas compris, hélas, l’origine de cette décadence, et pire encore, il tente de faire changer les choses par l’unilatéralisme et le protectionnisme. D’où de sérieux défis à une relation sino-américaine stable et régulière. La guerre commerciale, nous ne la souhaitons pas, mais nous n’en avons pas peur, s’il faut la faire, nous la ferons. Or, nous avons toujours estimé que la coopération restant la seule option pour défendre les intérêts des deux pays et préserver la paix et la prospérité dans le monde. La Chine et les Etats-Unis devraient régler les problèmes à travers des consultations dans l’esprit du respect mutuel, de l’égalité, des avantages réciproques.

Les USA et les anciennes puissances coloniales tirent leur puissance du maintien et de la reproduction de l’ancien ordre économique international, fondé sur une division internationale du travail, où les pays du Sud sont condamnés à être principalement des fournisseurs de matières premières ou des sous-traitants de segments industriels à faible valeur ajoutée. N’est-ce pas là, la contradiction principale à l’origine du conflit actuel entre les USA et la Chine?

La mondialisation et la libéralisation du commerce ont, depuis des décennies, contribué à l’optimisation continue de la chaîne industrielle et de la chaîne d’approvisionnement au niveau mondial. Néanmoins, force est de constater que la plupart des pays en développement se situent en bas de la hiérarchie de ces chaînes, et ceci s’explique non seulement par des raisons internes liées à des facteurs historiques et à une infrastructure économique faible, mais aussi par des raisons externes, dont une division internationale du travail irrationnelle et un ordre économique nécessitant une réforme d’urgence. La coopération sur la base des actualités constitue la voie à suivre pour garantir la reprise économique. Les pays du monde doivent poursuivre leurs efforts en vue d’une ouverture inclusive, d’une complémentarité étroite et d’un bénéfice mutuel. Fervent défenseur d’une ouverture plus élargie, la Chine entend travailler avec les autres pays pour redynamiser l’économie mondiale, construire une économie ouverte à l’échelle planétaire, et faire aboutir la réforme de la gouvernance mondiale en faisant entendre davantage la voix des pays en développement.

Challenge : Stratégiquement, n’est-il pas urgent de reconstituer un nouveau front entre les pays du Sud, pour faire face à la tendance hégémonique des USA ?

Les pays en développement ont toujours cherché à renforcer leur solidarité, mais ceci n’est pas pour constituer un nouveau front, et encore moins pour viser un ou des pays quelconques. En effet, c’est pour un plus grand développement de leurs économies respectives et une vie meilleure de leur peuple. La Chine reste aujourd’hui le plus grand pays en développement. Très attachée à la solidarité Sud-Sud, elle a fait de la coopération solidaire avec les nombreux pays en développement un pilier de sa politique extérieure. Dans ce cadre, elle a créé le Forum sur la coopération sino-africaine, lancé l’initiative “la Ceinture et la Route”, et travaillé à la recherche de nouvelles modalités de coopération dans le monde en développement, de sorte que la coopération Sud-Sud devienne un volet important de la coopération internationale pour le développement.

Challenge : Quels seraient pour la Chine les principes économiques internationaux, universels et fondamentaux, pouvant regrouper/mobiliser les pays du Sud autour d’objectifs définis et partagés en commun ?

La Chine développe ses relations économique et commerciale avec les autres pays sur la base du respect mutuel, de l’égalité, des avantages réciproques et de la sincérité. Le respect mutuel signifie non seulement un respect du système social et économique, de la voie du développement, ainsi que des intérêts vitaux et préoccupations majeures entre deux pays, mais aussi ne pas porter atteinte au droit au développement ni à la souveraineté nationale de l’autre. L’égalité et les avantages réciproques appellent deux pays à engager des consultations économique et commerciale d’égal à égal en vue d’un bénéfice mutuel et des accords gagnant-gagnant. Et la base de tout, c’est la sincérité. La Chine tient toujours ses engagements. Si elle conclut un accord commercial avec un autre pays, elle l’exécutera. Dans ses relations avec l’Afrique, la Chine reste fidèle aux principes de “sincérité, pragmatisme, amitié et franchise” et à la juste conception de la justice et des intérêts, pour bâtir un partenariat sino-africain marqué par l’égalité et la confiance mutuelle sur le plan politique, la coopération gagnant-gagnant sur le plan économique, les échanges et l’inspiration mutuelle sur le plan culturel, l’assistance mutuelle sur le plan sécuritaire et la coopération solidaire dans les affaires internationales.

Challenge : Quels sont les principaux créneaux où la Chine est devenue plus compétitive dans le monde et dont le développement est perçu comme une menace par les USA ? Quels sont par contre les créneaux où la Chine présente un retard, et donc un risque de subir des pressions ?

Les sciences et technologies constituent un enjeu majeur pour l’avenir d’un pays, mais les avancées chinoises en matière de capacités d’innovation scientifique et technologique ont suscité l’inquiétude, voire l’animosité de certains pays. Grâce à des réformes, la Chine a su développer ses capacités scientifiques et technologiques dans un environnement peu favorable, et malgré des pressions énormes de l’extérieur. Des progrès considérables ont été enregistrés dans certains domaines tels que le train à grande vitesse, la 5G, l’aéronautique, l’espace, l’économie numérique et l’intelligence artificielle. Mais dans beaucoup d’autres domaines, elle a encore un grand retard par rapport au haut niveau mondial. Certains pays n’ont jamais cessé leur embargo technologique à notre encontre, mais nous n’en avons jamais eu peur.

Challenge : Est-il possible actuellement de recourir à des organisations multilatérales pour pouvoir régler équitablement les conflits économiques et commerciaux ? Quel est notamment, actuellement, le poids effectif de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) dans le règlement de ce type de conflit ?

La Chine est un acteur majeur dans la gouvernance économique mondiale. Depuis son adhésion à l’OMC en 2001, elle remplit toujours ses engagements, défend résolument le système commercial multilatéral, veille à une ouverture sur l’extérieur plus ample et apporte une grande contribution à la croissance mondiale et au développement du commerce international. Cependant, certains pays qui ne défendent que leurs propres intérêts, persistent dans leur mépris total des revendications légitimes des pays en développement. Bien que membres aussi de l’OMC, ils agissent complètement à l’encontre des principes de l’OMC, ce qui porte atteinte à l’autorité de l’OMC en tant que mécanisme multilatéral de règlement des différends commerciaux, et met en péril le système commercial multilatéral ainsi que l’équilibre des échanges internationaux.

Challenge : HUAWEI, second constructeur de mobile au monde, va-t-il succomber après le décret pris par Trump ? N’est-ce pas un moment historique crucial pour la Chine pour prouver ses capacités innovatrices dans un domaine stratégique et donc son indépendance économique réelle ? La Chine peut-elle détrôner les USA dans le secteur des high-tech ?

La Chine ne s’arrête pas sous les pressions américaines, et Huawei ne fermera pas devant les interventions du gouvernement américain. La Chine est un des rares pays du monde à se doter d’un système industriel complet. Ses riches ressources intellectuelles et scientifiques ainsi que l’énorme marché intérieur, n’ont cessé de fournir une puissante force motrice à son développement. La porte chinoise sera encore plus grand ouverte, en vue d’une mondialisation économique ouverte, inclusive, solidaire, équilibrée et bénéfique à tous, et d’une communauté de destin pour l’humanité dans l’esprit dit « concertation, synergie et partage ».

Challenge : Le Royaume du Maroc entretient des relations séculaires avec l’« Empire du milieu ». Quels sont les domaines prioritaires de coopération bilatérale, basée sur la complémentarité, le respect mutuel, la réciprocité et le principe du « gagnant-gagnant » ?

Depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Maroc il y a 60 ans, la coopération sino-marocaine a connu un développement à grandes enjambées. En 2016, la Chine et le Maroc ont établi un partenariat stratégique, et l’année d’après, le Maroc est devenu le premier pays de la région à avoir conclu avec la Chine un mémorandum d’entente sur la construction conjointe de « la Ceinture et la Route ». Les excellentes relations sur le plan politique ont assuré un environnement propice à la coopération pragmatique dans tous les domaines. De nombreux projets sont en réalisation dans les domaines du tourisme, de l’industrie, de la finance et de la télécommunication, alors que les perspectives se sont avérées très prometteuses pour la coopération en matière d’aéronautique, de train à grande vitesse, de 5G et d’énergies renouvelables. Avec une ouverture plus poussée du marché marocain sur la Chine, les investisseurs chinois, attirés par la position géographique avantageuse et les conditions d’investissement favorables du pays, seront encore plus nombreux à venir chercher des opportunités de coopération.

Son actu

Donald Trump a pour la première fois, mêlé Huawei et les négociations pour mettre fin à la guerre commerciale avec Pékin. Il accuse depuis plusieurs mois l’entreprise chinoise de menacer la sécurité des États-Unis.

Son parcours

1988-1989: Fonctionnaire, attaché au Département des Affaires d’Afrique du Ministère des Affaires Etrangères (MAE) de la République Populaire de Chine

1989-1993 : Attaché, troisième secrétaire à l’Ambassade de Chine au Mali

1993-1995 : Troisième secrétaire au Département des Affaires d’Europe de l’Ouest du MAE

1995-1997 : Troisième secrétaire, deuxième secrétaire à l’Ambassade de Chine en France

1997-1998 : Deuxième secrétaire, chef de division adjoint au Comité chargé du travail d’organisation interne du Parti au MAE

1998-2001 : Deuxième secrétaire, premier secrétaire à la Direction Générale du MAE

2001-2005 : Vice-Consul général de Chine à Marseille

2005-2006 : Conseiller au MAE

2006-2009 : Secrétaire adjoint au Comité chargé du travail d’organisation interne du Parti au MAE

2009-2012 : Directeur général adjoint au Département du Personnel du MAE

2012-2017 : Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire en République de Maurice

2017 : Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire au Royaume du Maroc

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Emily Caruana : «Malte, une destination alternative»

Article suivant

Sofia Nouri : une chasseuse de têtes chevronnée