Flash-ecoTextile

Saga Digital lance une offensive sur le marché marocain

La société dont le siège se trouve à Dubaï et qui est présente au Maroc, notamment dans la publicité et dans la distribution de matériels pour l’industrie textile, vient d’introduire sur le marché deux nouvelles technologies qui vont « révolutionner » l’industrie textile. « Il s’agit de deux machines que nous introduisons sur le marché et destinées aux industriels du textile. La première, est une machine qui imprime sur des pièces déjà confectionnées comme des chemises, des t-shirts… La seconde machine imprime sur des rouleaux de tissu brut de très grande taille », explique le top management. Saga Digital a organisé les 11 et 12 avril une exposition, en partenariat avec l’École nationale supérieure des industries du textile et de l’habillement (ESITH) et l’Association Marocaine des Industries du Textile et de l’Habillement (AMITH), pour faire découvrir ces nouvelles machines qui donnent un véritable coup d’accélérateur à l’industrie textile dans la mesure où elles permettent aux entreprises de gagner en temps et en rapidité d’exécution. « C’est une occasion pour faire une démonstration au public et montrer ce que peuvent apporter ces nouveautés à l’industrie », souligne Mehdi Berrada Baby, Managing director de Saga Digital. D’ailleurs, de nombreux industriels du secteur ont pris part à ces deux jours d’exposition et de débat sur l’évolution du secteur. « Le but de l’exposition est notamment de sensibiliser le marché marocain du textile à l’importance de l’utilisation du digital. Nous offrons aujourd’hui donc deux types de solution dans ce sens. La première est une machine de marque Aeoon qui est une entreprise basée en Autriche. C’est une technologie qui remplace complètement la sérigraphie qui est en train de tomber dans l’obsolescence. La deuxième solution est une technologie d’impression sur rouleau développée par le groupe italien Aleph. Le digital a une place très importante aujourd’hui dans cette industrie dans la mesure où la majeure partie des donneurs d’ordre étrangers souhaiteraient avoir un marché marocain riche en équipements. Ce qui n’est malheureusement pas encore le cas aujourd’hui », précise-t-il. Pour Mehdi Berrada Baby, l’enjeu est vraiment de taille, et les industriels marocains n’ont d’autres choix aujourd’hui que d’introduire le digital dans leur process.


Remplacer les techniques traditionnelles

Andrea Negretti, International Sales Manager du groupe Aleph, abonde aussi dans le même sens. « Aujourd’hui, les entreprises qui veulent être compétitives ne peuvent plus rester en marge des nouvelles technologies. J’ai remarqué qu’il y a beaucoup de gens qui s’intéressent à notre offre ici », souligne-t-il. Notons que Saga Digital a d’ores et déjà vendu deux de ses machines à un grand groupe industriel basé à Tanger. De son côté, Angelo Schiesti, Managing Director au sein du groupe Aeoon Technologies, voit un grand potentiel dans le marché marocain aussi, estimant qu’il offre de très bonnes perspectives de développement. Rappelons que la société Saga Digital, créée en 2013 par Mehdi Berrada Baby, dispose d’une antenne au Maroc chargée de commercialiser les produits des marques qu’elle a dans son portefeuille. L’entreprise est également présente en Tunisie, au Sénégal et en Afrique du sud. Pour Mehdi Berrada Baby, le marché marocain réserve un bel avenir à ces nouvelles machines, d’autant plus que les industriels sont confrontés à des donneurs d’ordre qui veulent des résultats rapides. « Les industriels ont besoin de pouvoir produire un échantillon en moins de 25 minutes. Mais, aujourd’hui au Maroc, nous sommes encore incapables de faire cela. Un industriel pour mettre deux à trois jours pour le faire. Du coup, il perd le marché, parce que le donneur d’ordre ira s’adresser par exemple aux professionnels éthiopiens qui sont mieux équipés. Le Maroc se veut un acteur important dans le textile africain, et pour le devenir il faut investir dans les applications digitales propres au secteur », explique-t-il, reconnaissant néanmoins que le Royaume demeure un acteur très important du textile avec une considérable production chaque année. « Mais, il faut que le Maroc se développe en termes de créativité et dans cette optique que les applications digitales que nous proposons ont tout leur sens. Cette créativité ne peut se faire sur les méthodes traditionnelles. Et, je pense que le marché est prêt à passer à cette nouvelle étape pour pouvoir être technologiquement présent sur les radars des donneurs d’ordre internationaux. D’ici quelques mois, nous aurons à mon avis un parc machines importantes vu l’engouement que manifeste le marché marocain», estime Mehdi Berrada Baby. L’entreprise prévoit d’ailleurs d’atteindre un chiffre d’affaires annuel de 40 millions de DH d’ici trois ans, en ce qui concerne ses activités dans le secteur textile.

Rappelons qu’historiquement, Saga Digital est connu depuis 2002 dans l’impression numérique essentiellement pour le secteur de la publicité. L’entreprise a la majeure partie des grandes régies d’affichage du Maroc, d’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient dans son portefeuille client. Ce n’est qu’il y a quatre ou cinq ans qu’elle a entamé une diversification en rajoutant différents segments d’impression digitale dont le textile à son activité.

 
Article précédent

ADM : l’extension Meknès-Est opérationnelle

Article suivant

La Caisse Centrale de Garantie passe à la caisse